En attendant son intervention lors du HR Data Day ce 29 mars au Alvisse Parc Hotel, Axel Pierard, Managing Partner de Kozalys, nous parle des dashboards RH, de business intelligence, mais aussi de Kozalys.

En quoi réside la complexité des dashboards RH ?

Deux facteurs peuvent complexifier les dashboards RH : la diversité des sources de données et les changements de signalétiques des employés

- La diversité des sources de données : un tableau de bord complet comporte des données du (des) logiciel(s) RH, de la finance, de sources externes comme le secrétariat social, sans oublier les fréquents fichiers Excel. Ces sources de données n’ont pas les mêmes formats, présentent une périodicité et une granularité différentes. De plus elles ne possèdent pas toujours un identifiant commun, comme par exemple le n° de matricule de l‘employé.

- Les éléments du signalétique des employés changent une fréquence plus ou moins élevée selon les attributs : un changement de département ou encore une promotion varient généralement plus vite qu’un mariage ou une naissance. Pour être efficace et correct, un dashboard efficace doit tenir compte de ces changements à travers le temps

Gérer ces deux éléments avec un tableur Excel devient rapidement un casse-tête, une source d’erreurs et une activité chronophage.

 

Quels sont les principales HR datas engagées ?

Outre les sources de données traditionnelles et internes à l’entreprise, un grand nombre de données externes à l’entreprise doivent être intégrées aux tableaux de bord RH : applications RH dans le cloud, réseaux sociaux pour le recrutement, études de marché comparatives, … Le terme ‘hétérogénéité’ trône dans toute sa splendeur : comment aligner ces données tant d’un point de vue métier que technique ? 

 

Vous œuvrez principalement pour le secteur public et le secteur financier, des secteurs leaders en matière de projets business intelligence aujourd’hui ?

Kozalys a en effet participé au projet de mise en place de l’outil BI de l’Administration des Employés de l’Etat (APE) en charge de la gestion des ressources humaines de l’Etat. Si le secteur financier est à l’origine de nombreux projets ces dix dernières années, ce sont aujourd’hui les PME qui nous appellent le plus. La nouvelle génération de Business Intelligence permet de réaliser des projets en quelques jours ou semaines, avec des budgets très abordables. Finis les longs projets de Data Warehouse. L’agilité des nouveaux outils permet de démarrer petit et de grandir en fonctions des nouveaux besoins, des nouvelles données disponibles et des budgets de l’entreprise.

 

Quel pourcentage de votre activité les apps & dashboards représentent-ils ? Quelles sont vos autres activités (business intelligence,…) ?

Les rapports et dashboards représentent 100% de nos activités, la Business Intelligence est notre cœur de métier depuis 8 ans. Auparavant chaque tableau de bord était spécifique, du sur mesure. L’expérience nous a permis de « packager » nos applications. Aujourd’hui 30% de nos projets sont basés sur des solutions prêtes à l’emploi. Avant de signer, le client visualise déjà sa solution. Kozalys myhr est un très bon exemple. La personnalisation du tableau de bord est la touche finale, pas l’élément principal.

 

Vous apportez également une solution à la pénurie de talents en IT ?

Pour la majorité de nos employés, Kozalys est leur premier job à Luxembourg. Cette approche amène de nouvelles compétences au pays ; et surtout, nous aimons les nouvelles personnalités. A l’échelle d’une entreprise, la première réponse à la pénurie est la rétention de ses talents.

 

Sans dévoiler tout le contenu de votre intervention à venir, pourquoi venir vous rencontrer sur le HR data Day ce 29 mars ?

Pour le pragmatisme de nos solutions. Nos clients apprécient que leur stratégie HR Analytics se concrétise rapidement en dashboards opérationnels. Les premiers ‘quick wins’ sont primordiaux pour donner confiance aux utilisateurs et au management. Ensuite ces premiers succès s’enrichissent de nouvelles données et font rapidement des émules. Notre objectif consiste également à former le client afin qu’il soit autonome, que ces dashboards évoluent selon ses nouveaux besoins.


Publié le 19 mars 2018