Après son intervention remarquée lors du HR Factory, Bintou Diané (Performance & Development Team leader au sein de KPMG Luxembourg) s'exprime aujourd'hui sur la complémentarité des rôles RH et IT, ainsi que sur l'arrivée de l'Intelligence Artificielle dans le monde du travail.

Vous appartenez à une génération de HR geeks qui deviennent de plus en plus essentiels pour faire coopérer des IT et les RH - deux mondes à part ?

Les raccourcis nous amènent à opposer un profil IT geek, introverti et analytique, à un profil RH extraverti et empathique.

Dans la réalité, nous partageons le même monde mais le regardons sous différents angles :

- Du côté IT, une approche axée davantage sur le "Quoi" en se concentrant sur les technologies et les outils

- Quand les RH seront davantage sensibilisés au "Qui" avec un intérêt fort pour le développement de l’individu, la notion de leadership et les comportements qui s’y réfèrent

La complémentarité des RH et IT réside dans la volonté commune de déterminer le "Comment".

Non seulement par la capacité de ces profils et de ces métiers à faire un état des lieux de l’existant mais aussi par leur position de précurseurs, capable de prédire l’évolution d’une organisation et de ses principaux acteurs.

Un autre point commun de la question IT et RH est le fait que tout le monde se l’approprie et émette un avis sur ces sujets ; signe qu’ils sont au centre de nos préoccupations !

En résumé, un monde passionnant fait d’innovation et de remise en question, que je qualifierais de "Talent & Digital Development".

 

Le développement des carrières occupe une place centrale dans vos fonctions - c’est une grande responsabilité dans une économie en pleine transformation…

Il est vrai que les fonctions RH se positionnent de plus en plus comme le lien entre la "global picture", les tendances de marché, la stratégie de l’entreprise et la traduction de ces changements constants sur le quotidien de l’individu.

Nous sommes effectivement responsables de faciliter la compréhension d’un environnement "macro" pour l’individu sur un plan "micro" afin de sécuriser son sentiment d’appartenance et promouvoir l’agilité dont il a besoin pour s’adapter au changement.

Ceci requiert une bonne communication, de la transparence, de la bienveillance et de la résilience !

Pour nos employés, la gestion d’une carrière dans une économie en transformation nécessite différentes formes d’accompagnement :

- des formations techniques évolutives, en ligne avec les nouvelles règlementations et les nouvelles approches pour conserver l’expertise que requièrent nos métiers et accompagner la complexité croissante de notre environnement

- des solutions de développement axées davantage sur le "savoir être" car l’agilité est indispensable : résolution de problème, gestion de conflit, communication avec impact, accompagnement du changement…

- un support plus individualisé, lorsque le changement soulève des peurs, des craintes plus profondes ou révèle les limites que l’individu se fixe consciemment ou non : nous parlerons ici plus de coaching.

- Et enfin la promotion d’une culture du feedback afin que chacun puisse se positionner dans ce monde changeant et exigeant : ou suis-je ? ou est-ce que je veux aller ? comment y parvenir ? de quoi ai-je besoin ? Cette bonne connaissance de soi n’est possible que si elle est alimentée par les conseils et critiques constructifs des personnes qui nous entourent.

En quelques mots, une responsabilité certes mais une responsabilité partagée car je reste convaincue que chaque membre d’une organisation est un acteur du changement.

 

Il y a une conscience de l’arrivée de l’AI, est-ce que cela impacte forcément les conseils de carrière que vous distillez ?

La grande question de l’intelligence artificielle ! Opportunité ou menace ?

Ma tendance optimiste m’amène à voir l’AI comme une belle opportunité de remettre l’humain au centre des organisations.

Quand les outils sont davantage automatisés, les processus et tâches supportés par des machines, l’individu peut exploiter et exprimer sa vraie valeur ajoutée !

- Démontrer les compétences de savoir-être qui est le vrai avantage compétitif de l’humain, non seulement dans sa relation client, mais aussi en contribuant à faire vivre une culture d’entreprise garante de l’engagement de nos collaborateurs

- Se concentrer sur des éléments volatiles, imprévisibles et complexes qui ne peuvent pas être résolus par une macro ou un environnement de développement

C’est le paradoxe, les employés de demain devront être à la fois plus techniques dans leur capacité à acquérir continuellement de nouvelles connaissances, plus agiles pour faire face à la complexité de leur environnement et démontrer une bonne intelligence émotionnelle afin de conserver la valeur d’un « people business » et la confiance de l’opinion publique.

Chez KPMG, nous parlons de #FutureReadyPeople pour illustrer ce besoin de se préparer maintenant pour des changements qui vont arriver plus vite que nous le croyons.

 

Une des attributions les moins visibles de l’extérieur est votre implication dans le management de projets couplant RH & IT - des chantiers particuliers en cours chez KPMG ?

KPMG s’inscrit depuis plusieurs années dans une approche technologique qui positionne l’entreprise comme précurseur sur certains services (RPA etc). Nous avons souhaité amener de la cohérence entre notre orientation pour les nouvelles technologies et notre « brand » sur le marché et auprès des jeunes talents. Ceci passe par des projets de transformations IT transversaux, le recrutement d’un IT recruteur, la digitalisation de nos supports de travail et de recrutement et une présence plus marquée auprès de certaines écoles d’ingénieurs (EPITA, Ecole 42…).

Nous travaillons également à offrir une culture d’entreprise favorable à l’intégration et à la valorisation de profils experts en revoyant notre modèle de carrière qui donne plus de visibilité au rôle plutôt qu’au grade et amène des perspectives d’évolution autres que par la voie managériale.

L’avenir sera digital, fait de diversité et d’opportunités !


Publié le 25 juin 2018