Rencontre avec Sarah Jafarshad-Rajaei, Directrice Générale de Bleu Vert Concepts, pour aborder l'importance de la réalisation et de l'aménagement des espaces de restauration dans les sociétés, et leur impact sur la vie des salariés au quotidien.

Votre agence conseille et accompagne les entreprises dans la conception et la réalisation des espaces de restauration pour leurs collaborateurs, quelles sont les évolutions en la matière ?

Les nouveaux modes de travail ont bouleversé le secteur de la restauration hors domicile, et celui de la restauration d’entreprise en particulier. En effet, la mobilité, le rajeunissement des collaborateurs, la féminisation de la société du travail…ont donné naissance à de nouveaux besoins et de nouvelles formes de restauration. Par exemple, la prise du repas est décalée dans le temps et déstructurée : les collaborateurs veulent manger à toutes heures et ce dont ils ont envie. Il y a 180 000 travailleurs frontaliers au Luxembourg, des personnes qui arrivent tôt pour repartir tôt pour des questions pratiques. L’entreprise n’offrant pas toujours une offre adaptée, une partie des collaborateurs déserte le restaurant d’entreprise et vont manger à l’extérieur, où ils trouvent non seulement des offres attractives, mais aussi des espaces propices à rester travailler, qui offrent des services complémentaires. Ils ne sont plus captifs comme cela a pu être le cas auparavant.

Parallèlement, la qualité de vie au travail est une préoccupation majeure des décisionnaires. Une vraie compétition se joue pour attirer les talents, les fidéliser en leur offrant un cadre de travail épanouissant et inspirant. 

Dans ce contexte, nous accompagnons nos clients dans la définition de leurs besoins et la réalisation de leur projet sur-mesure. L’idée étant bien sûr que les collaborateurs trouvent au sein de leur entreprise la restauration et les services associés qu’ils attendent.

 

Vous parlez de « services complémentaires », pouvez-vous détailler ce point ?

Effectivement, nous ne concevons plus les restaurants aujourd’hui comme il y a 10 ou 20 ans. Les m² coutent chers, en particulier dans les grandes villes comme à Luxembourg, où les prix ont flambé ! Nos clients ont besoin de les rentabiliser. Créer des espaces qui mobilisent beaucoup de surface pour une utilisation réduite aux heures d’ouverture du restaurant d’entreprise n’est plus concevable. Ces espaces sont devenus au fil des années des lieux de vie avec des multiples usages.

Les collaborateurs souhaitent des espaces ouverts à tout moment de la journée, comme en restauration commerciale, avec possibilité d’y manger à toutes heures mais aussi d’y travailler, seul ou à plusieurs. D’ailleurs, ces espaces s’ouvrent également aux visiteurs, que l’on accueille le temps d’un repas ou d’un café pour échanger dans le cadre moins formel proposé par ces véritables lieux de vie et de partage.

Dans les cuisines, il est possible de proposer des ateliers culinaires l’après-midi (objectif : team building) et le soir (objectif : recevoir les clients de l’entreprise dans un cadre plus convivial), pour apprendre à confectionner des recettes de « chef ». Ces « cooking class » peuvent d’ailleurs être ouverts à l’extérieur (familles, amis, entreprises voisines). Les sociétés de restauration n’hésitent pas à inviter des chefs de renom le temps d’une recette signature. Ces espaces deviennent ainsi un lieu de rendez-vous et d’évènements.

Une étude que nous avons menée avec Philippe Jarniat, de l’Ameublement Français et Bruno Lefebvre, Designer, a montré qu’il est même possible d’aller encore plus loin dans les services en proposant ces espaces pour des cours de sport ou des ateliers.

Pour faciliter le quotidien des collaborateurs, ces lieux de passage sont aussi propices à proposer tous les services à la personne, tels que pressing, cordonnerie, coiffure, esthétique, dépôt et retrait de colis, help desk, boutique…Le tout formant un seul et unique lieu de vie.

 

Concrètement, quelles sont les conséquences/impacts dans l’aménagement ?

L’unique restaurant laisse place à plusieurs concepts en fonction de la fréquentation cible avec des thématiques et modes de service différents, pour laisser un maximum de flexibilité aux collaborateurs.

Les zones techniques sont réduites a minima pour privilégier les espaces visibles des clients. Ces derniers ne veulent plus voir « la technique », même si elle est évidemment bien présente ! Ils ne veulent plus des codes et des « irritants » de la restauration collective (ex : les rampes à plateaux en inox, les bain-marie, les files d’attente interminables…). Nous nous efforçons d’effacer tout ce qui peut rappeler « la cantine » ou « la cafet’ ».

Dans les espaces de consommation, c’est la révolution ! Nous mettons l’accent sur l’architecture intérieure. Notre équipe d’architectes d’intérieur / décorateurs proposent de travailler sur une véritable identité architecturale avec des partis pris forts. Ces espaces deviennent aussi attractifs, voire plus attractifs que les concepts-stores tendance. Les lieux sont à la fois esthétiques et fonctionnels : modularité et cloisonnement des espaces pour les différents usages, domotique et connectique, confort acoustique, traitement d’air…tout est pensé pour chaque usage.

Ces tiers-lieux deviennent peu à peu la vitrine de l’entreprise. C’est l’endroit où l’on accueille le temps d’une réunion, d’un entretien, d’un repas sur le pouce ou servi à table.

 

Au quotidien, comment les collaborateurs sont au courant de tout ce qui s’y passe ?

Via des applications qui sont souvent proposées par les sociétés de restauration, ou directement développées par l’entreprise elle-même pour que les collaborateurs restent connectés à ces services avec leurs smartphones. Elles leur permettent de se tenir informés quotidiennement de ce qui s’y passe. Classiquement, les menus, l’affluence en temps réel par espace aux heures de pointe. Mais plus nouvellement les collaborateurs peuvent réserver une salle/un espace pour des réunions, commander des plateaux repas si la réunion dure toute la journée, gagner du temps, en passant commande de son repas, pour venir ensuite le chercher au comptoir « click & collect », ou encore de donner rdv à ses collègues en réservant une table dans un espace de la salle en particulier.


Publié le 18 juin 2018