Lors de la FleetExpo 2015, une des nombreuses conférences de la journée a réuni professionnels du leasing et du fleet autour d’une table ronde. Cette conférence a également été ponctuée par les interventions de Gerry Wagner, Philippe Hanrion ou encore Patrice Waltzing, pour qui le « Fleet Manager du futur » n’a pas lieu d’être, celui-ci disparaissant au profit du Mobility Manager. Explications.

 

La session « The Future of Fleet Management » a été ouverte par notre modérateur Guido Savi. Le spécialiste fleet et Head of Automotive Consultancy au sein de HBC Group a rappelé que le secteur fleet était en pleine transformation. Conservateur et très transactionnel, le marché doit, selon Guido Savi, s’ouvrir pour devenir plus relationnel. En effet, actuellement les conducteurs ne connaissent pas leurs leasers, et les leasers eux-mêmes ont parfois du mal à savoir qui est au volant du véhicule. Le conseil prend alors une importance prépondérante, et doit se baser sur les 3P : People / Profit / Planet. Il ajoute : « il faut considérer l’humain comme central, plutôt que le véhicule ». Ce changement est en marche : de nombreux leasers s’équipent d’outils digitaux et nouent de nouvelles relations avec les conducteurs, plutôt que de n’échanger qu’avec les gestionnaires de flotte ou DRH.

 

"Le Fleet Manager du futur ? Il n'existe pas, il s'agira d'un Mobility Manager"

Voici comment Patrice Waltzing, Head of Operations, PwC Luxembourg a débuté sa présentation. La société de conseil compte aujourd’hui 2500 employés, pour 1650 véhicules de fonction. En 2008, 89% des employés avaient une voiture en leasing. Ce que Patrice Waltzing remarque, c’est que ses employés, et notamment les jeunes recrues, sont en demande d’un nouveau type de mobilité. PwC leur offre ainsi toute une palette : carsharing, transports en commun ou même vélos. « Quelles seront les solutions que nous pourrons leur proposer demain ? » s’interroge le Head of Operations. Une place de parking à Thionville, une solution de télétravail, des bâtiments à la frontière luxembourgeoise pour qu’ils puissent déposer leurs véhicules, ou encore des navettes mises à leur disposition. « Le véhicule de société n’est plus qu’une option parmi tant d’autres » ajoute Patrice Waltzing.

 

La taxation des véhicules, le grand défi de la FLLV

En parallèle de son poste de General Manager d’Arval, Gerry Wagner est également le président de la Fédération Luxembourgeoise des Loueurs de Véhicules (FLLV). Lors de cet événement, il est revenu sur le statut de la voiture de fonction au Luxembourg. Effectivement le nombre d’immatriculations est en baisse de près de 6 points depuis le début de l’année par rapport à l’an passé, mais les chiffres des immatriculations des véhicules de société est rassurant : +1,77%, quand le marché privé plonge de 12%. Actuellement, les voitures de sociétés composent un quart du parc automobile luxembourgeois et 50% des immatriculations. La raison ? Le fait qu’elles soient renouvelées tous les 3-4 ans, comparé à 8-9 ans pour les véhicules personnels.

 

 

Le grand défi pour les loueurs et la FLLV, c’est de faire en sorte que la taxation des véhicules professionnels n’augmente pas. En effet, une augmentation de 0,2 points, passant ainsi à 1,7% et le véhicule de fonction ne serait plus considéré comme un avantage en nature…et les leasers n’auraient plus de raison d’être. Les conséquences seraient dévastatrices au Luxembourg, non seulement pour les sociétés de location longue durée, mais également pour les assurances, centrales pneumatiques, etc… Au total, 1300 emplois seraient menacés, et l’économie luxembourgeoise pourrait « perdre » 400 millions d’Euros de chiffre d’affaire.

De plus, le marché du leasing contribue à la conservation de l’environnement, les nouveaux véhicules affichant des taux d’émissions de CO2 toujours plus faibles.

 

La Croix-rouge : un parc automobile verdissant

Philippe Hanrion est le gestionnaire de la flotte de la Croix-rouge luxembourgeoise. Il gère au quotidien un parc automobile de 880 véhicules, dont 130 hybrides et 13 électriques.

 

Ce sont notamment 5 Renault Zoé qui ont été acquises grâce aux derniers avantages fiscaux…avant que ceux-ci ne disparaissent. « Utilisées comme Pool Car, ces électriques sont très appréciées. Elles font environ 200km par jour et sont rechargées durant la pause de midi, et en fin de journée » ajoute le Fleet Manager. Philippe Hanrion souhaite poursuivre dans cette voie et ajouter de nouveaux véhicules verts à sa flotte dans de nouvelles antennes de la Croix-rouge. Pour cela, il estime qu’une nouvelle « aide de l’Etat est nécessaire ».

 

Les innovations techniques aux services des Mobility Managers

Tanguy Biart, CEO de Barefoot, a par la suite présenté son innovation à destination des Fleet Managers : l’application Freeedrive. Le développement de celle-ci part d’un constat simple : en 2015, la préoccupation numéro 1 des Fleet Managers est la sécurité de leurs salariés (suivi de la compression du TCO, la sélection des chauffeurs et la baisse du taux d’émission de CO2). Tanguy Biart a également rappelé aux participants que « texter » au volant multiplie par 23 le risque d’accidents. Sa solution, Freeedrive, bloque les applications, selon les choix du Fleet Manager, et bloque également les notifications !

 

Le dernier intervenant de cette session n’était autre que le Dr. Raphael Frank, chercheur à l'Université de Luxembourg et Head of VehicularLab. Lors de sa présentation, il a déroulé les différentes opportunités et menaces des voitures connectées. Les  applications qui devraient révolutionner la mobilité ? Adaptive Cruise Control, ou les smart interactions (météo, trafic, etc).

 

 

Pour clôturer cette conférence, Guy Klein, Fleet Manager de la société Delphi a rejoint les intervenants sur une table ronde, pour échanger une nouvelle fois sur la place des hybrides et électriques dans les flottes luxembourgeoises.

 

 

Les hybrides ne semblent pas avoir la cote au Grand-Duché. La raison ? « Des prix élevés, des formations de conduite sont nécessaires afin d’utiliser tout le potentiel, etc ». Le diesel restera roi au Luxembourg dans les prochaines années, et ce malgré le scandale Volkswagen.

 

Alexandre Keilmann – @Alex_Klmnn

 


Publié le 13 novembre 2015