La réduction des coûts ne doit pas être une stratégie en soi mais une conséquence à l’amélioration du bien-être des salariés. Si nous observons l’influence de l’Intelligence Emotionnelle (IE) prendre son envol, ce n’est pas parce que l’IE représente un effet de mode mais plutôt une prise de conscience essentielle. Savoir gérer ses émotions et celles de nos interlocuteurs est une compétence dites « softs skills » qui a désormais trouvé toute sa légitimité dans le monde de l’entreprise. En effet, les études de Damasio (1995), viennent appuyer cette prise de conscience en précisant que les émotions sont fortement impliquées dans toutes prises de décisions et notamment professionnelles.

Pourquoi mettre en place un programme d’intelligence émotionnelle se présente comme la nouvelle solution qui génère du profit ?

De nombreuses recherches ont démontré que la relation entre le QI et la vie professionnelle, sociale et affective (Snarey et Vaillant, 1985) s’avère très faible. Tout au contraire, les habiletés sociales et émotionnelles (QE) ont quatre fois plus d'impact que le QI dans l’atteinte du succès (Feist et Barron, 1996).

Nous observons que les managers sont parfois promus par expérience et sans qualités relationnelles ou compétences sociales particulières.  Les managers ont pourtant un rôle majeur dans la motivation et la productivité de leurs équipes.  Goleman, Boyatzis & McKee (2004) considèrent d’ailleurs que la che première d’un manager consiste à susciter des émotions positives chez ses collaborateurs, afin qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes.

Ainsi, en tant que manager, votre succès n’est pas uniquement basé sur vos performances personnelles. Il est également basé sur le rendement et la productivité de votre équipe.

En effet, les personnes ayant un niveau d’intelligence émotionnelle plus élevé ont tendance à mieux performer, à prendre moins de jours de congé par an, à signaler un niveau d’engagement plus élevé et à ne pas démissionner.

Les coûts associés à l'absentéisme et au chiffre d'affaires ont également été longtemps étudiés. Josh Bersin, directeur et fondateur de Bersin by Deloitte, indique que le coût total de la perte d’un employé peut aller de plusieurs dizaines de milliers à 1,5 à deux fois son salaire annuel.

Comme les coûts de l'absentéisme et du chiffre d'affaires peuvent être calculés avec fiabilité et que l'intelligence émotionnelle contribue à réduire l'absentéisme et le roulement du personnel (plus l'intelligence émotionnelle est développée plus elle a tendance à réduire l'absentéisme et augmenter la productivité et le chiffre d'affaires), nous pouvons également estimer de manière fiable, les économies réalisées grâce au développement de l'intelligence émotionnelle des employés.

Une méta-analyse récente de la recherche sur le développement de l'intelligence émotionnelle par Mattingly, V., Human Resource Management Review (2018), a montré que l'effet moyen de la formation en IE apporte une amélioration de 17% de résultat.

Le Global Empathy Index de 2016, a fait apparaître que les dix premières entreprises ont déclaré un revenu net par employé supérieur de 50 % à celui des dix dernières

En résumé, le développement de l'intelligence émotionnelle créent de la valeur pour les organisations qui peut être chiffrée avec fiabilité, en raison de la manière dont l'intelligence émotionnelle contribue à la performance, à l'absentéisme et au roulement des employés.

 

Qu’attendons-nous pour apporter des solutions concrètes et bienveillantes à notre organisation ?

 

Communiqué par www.theemotionalintelligenceacademy.com


Publié le 27 septembre 2018