L’intelligence émotionnelle, est un réel atout pour les recruteurs. Vous connaissez déjà le QI mais, avez-vous déjà entendu parler du QE (Quotient Émotionnel) ? Le QE (ou intelligence émotionnelle) a été développé dans les années 90, et prend aujourd’hui toute son ampleur.

De nos jours les compétences techniques ne suffisent plus, les compétences personnelles et relationnelles sont requises pour faire la différence. On exige de la part de nos candidats de maîtriser leurs émotions et d’être attentifs à celles des autres.

En effet des études ont révélé qu’à QI égal, les personnes émotionnellement intelligentes s’intègrent, s’épanouissent et réussissent mieux que les autres.

 

Qu’est-ce que ce nouveau graal des ressources humaines ?

L’intelligence émotionnelle a principalement été développée par Peter Salovey et Daniel Goleman. Ils ont démontré, que l’être humain n’est pas seulement doté d’une intelligence logico-mathématique et verbale (QI) mais qu’il dispose aussi d’une autre forme d’intelligence, l’intelligence émotionnelle ou (QE), tout aussi importante dans la vie personnelle et professionnelle.

L’intelligence émotionnelle rassemble quatre compétences distinctes :

- la conscience de soi : la capacité à identifier et comprendre ses propres émotions,

- la maîtrise de soi : la faculté à contrôler ses émotions,

- la conscience des autres (empathie),        

- la maîtrise des relations : la capacité à créer du lien social, à travailler en équipe, à inspirer et aider son entourage…

 

Quels sont les 18 signes caractérisant l’intelligence émotionnelle, selon le Dr T. Bradberry ?

Un être émotionnellement intelligent dispose de :

    1      Vocabulaire émotionnel diversifié.

    2      Curiosité envers les autres, empathie.

    3      Forte adaptabilité face au changement.

    4      Bonne connaissance de ses forces et faiblesses.

    5      Fine connaissance du genre humain.

    7      Grande impassibilité face à la critique.

    8      Facilité à dire « non » (à soi comme aux autres).

    9      Aptitude à faire table rase des erreurs passées.

    10    Altruisme.

    11    Indulgence.

    12    Capacité à neutraliser les personnes toxiques.

    13    Facilité à accepter les défauts (aussi bien les siens que ceux des autres).

    14    Grande reconnaissance.

    15    Vies professionnelle et privée équilibrées.

    16    Consommation de caféine régulée.

    17    Bon sommeil, pour maximiser les capacités cognitives.

    18    Aptitude à aller de l’avant, sans ressasser.

   

Disposez-vous de toutes ces compétences ?

Rassurez-vous, à la différence du QI et grâce à notre plasticité cérébrale, notre quotient émotionnel n’est pas figé. Des formations et entrainements vous permettront d’augmenter votre intelligence émotionnelle (IE) et d’améliorer ainsi vos performances et votre bien-être.

 

Quels sont les avantages de développer l’IE pour la société ?

Les avantages du développement de l’intelligence émotionnelle sont présents dans de nombreux domaines tels que les ressources humaines, le commerce, le conseil… Que vous soyez directeur, manager ou salarié, l’impact sur la performance, sur les relations sociales, sur l’épanouissement et sur le bien-être sera garanti.

Cependant, gardez en tête que plus l’intelligence émotionnelle sera développée à l’échelle supérieure, plus elle aura d’influence sur les performances des équipes.

 

Un manager émotionnellement intelligent saura naturellement motiver ses collaborateurs, les accompagner, les rassurer efficacement. Il saura également prendre des décisions adéquates pour faire face à l’adversité.

Le manager ayant ainsi crée une atmosphère saine et appropriée à la productivité, permettra aux salariés d’être plus coopératifs, flexibles, et motivés.

 

Comment mesurer notre Quotient Emotionnel ?

Plusieurs tests existent sur internet, mais préférez des tests de qualités, payants et développés par des spécialistes. Parmi ces tests, deux différences majeures, les tests dit « auto-évaluatif », souvent biaisés par l’auto-évaluation plus valorisante de la personne, et les tests dit de « performance » avec des bonnes et mauvaises réponses, plus réalistes du niveau réel de la personne.

Par exemple, le Test du « QE Pro » est un test de performance qui mesure le Quotient Emotionnel, appliqué au monde professionnel.  Il a été développé par des spécialistes chercheurs psychologues, en partenariat avec le cabinet de recrutement Badenoch & Clark.

Il est construit autour de 35 questions et de mises en situations professionnelles, il permet de mesurer la capacité d’un individu à s’adapter et à évoluer dans un environnement de travail ciblé et à résoudre des problèmes de nature émotionnelle.

L’objectif est d’affiner les processus d’embauche et de promotion des managers de tous les niveaux de l’entreprise, de s’ouvrir à des profils dits « atypiques » de renforcer la performance managériale, d’améliorer la qualité des relations au travail, de promouvoir l’adaptabilité managériale et organisationnelle.

Pour les candidats, le QE Pro est l’occasion de mieux se connaître en apprenant à accepter leurs émotions pour en faire une force.

 

Objectif centré vers le succès

 

Le développement du QE ne répond qu’aux objectifs de toute organisation, le recrutement de talents, la stabilité de ces talents, la productivité et le succès.

Selon Daniel Goleman, les entreprises qui favoriseraient l’intelligence émotionnelle au QI, au sein de leurs cadres dirigeants notamment, auraient une marge bénéficiaire de 71% supérieure à celle des entreprises où ce n’est pas le cas.

 

Prochaine rencontre à la Maison Breedewee, le 18 septembre 2018.

Nous vous proposons un petit-déjeuner healthy pour partager autour du thème « Intelligence émotionnelle, un atout pour recruter autrement. »

Réservation sur : https://www.weezevent.com/ressourcons-les-rh-l-ie-un-atout-pour-recruter-autrement

 

Communiqué par Emotional Intelligence Academy


Publié le 12 septembre 2018