Les jeux vidéo peuvent booster et donner un nouvel élan à votre entreprise. Derrière cette affirmation un poil provocatrice se cache une réelle réflexion que certaines sociétés devraient sérieusement commencer à envisager. Que l’on parle ici de «serious game» ou de «gamification», l’étendue des possibilités offertes aux sociétés et à ses collaborateurs est multiple.

Ici on ne parle plus de jeux vidéo comme d’un loisir mais comme d’un outil permettant de créer une nouvelle expérience client et aussi, pourquoi pas, une nouvelle méthode de travail pour vos collaborateurs. On ne parle pas réellement de page blanche ou de remise à zéro des codes existants mais plus d’une réelle réflexion et de l’adaptation de cet outil à votre business model déjà existant.

Des simulateurs à la réalité augmentée

Certains métiers ou secteurs d’activité ont très vite adopté les simulateurs comme outil de « formation ». Les simulateurs de vol se sont très vite démocratisés ces dernières années avec, par la même occasion, la recrudescence des innovations et des nouvelles technologies dans les avions.

Basée sur la simulation « réelle » d’un vol (avec les différents aléas que nous pouvons rencontrer) et armé d’un joystick, le but de cette innovation était de pouvoir faire voler en conditions réelles des pilotes et ainsi parfaire leur formation (et également d’éviter les accidents).

Les synergies entre les jeux et les simulateurs étaient très intéressantes puisque tous les deux ont pu profiter des avancées technologiques des uns et des autres à leur compte.

Ces dernières années, la réalité augmentée a commencé à bousculer le monde des jeux vidéo. Et tout le monde attendait avec impatience son avènement, son application et son impact sur les nouvelles générations de consoles. Des sociétés se sont emparées du concept et ont proposé une nouvelle manière d’appréhender leurs produits. Exit les shoppings dans des magasins bondés de monde pour les soldes ou les visites dans des musées, maintenant tout se fait chez vous depuis votre canapé, ou votre lit pour les plus flemmards.

L’architecture, la logistique, l’industrie, le médical et l’armée se voient offrir de nouvelles possibilités. Pour les architectes, la solution est simple, elle permet notamment aux futurs acheteurs de s’imaginer réellement dans leur futur chez eux. Une vue à 360°, la possibilité de se mouvoir dans un espace, en bref la possibilité de visualiser un espace qui n’existe pas encore et de se faire réellement une idée du bien à acheter. Plus qu’un avantage compétitif, on parle ici d’une véritable révolution permettant ainsi de booster la croissance des ventes pour un coût d’investissement faible, le Samsung Gear VR étant ainsi le casque le moins cher du marché.

La Gamification pour booster, retenir et même recruter ses collaborateurs

Aujourd’hui de plus en plus d’entreprises offrent la possibilité de récompenser leurs collaborateurs de leurs actions ou même avant leur arrivée au sein même de la société.

En 2010, L’Oréal avait lancé son « Reveal by L’Oréal », un jeu lancé par la marque de cosmétiques permettant de recruter des stagiaires. La marque proposait une présélection des candidats en permettant à tous les étudiants à la recherche d’un stage de se connecter sur le site et d’effectuer des tests et des mises en situation dans le but de décrocher le poste. Cette méthode avait le double atout de mettre à l’épreuve les aspirants stagiaires mais également de pouvoir faciliter le mode de recrutement. On peut ainsi parler « d’expérience candidat », tendance RH désormais incontournable.

L’armée de terre française proposait également aux futurs soldats, 10 petits jeux téléchargeables où les actions des « joueurs » étaient passées au crible. La personne se montrait minutieuse dans ses déplacements ? Elle optait pour une tactique particulière ? Alors les recruteurs orientaient les candidats vers un profil en particulier.

Au Luxembourg, c’est la société ALD Automotive qui surfe sur la vague du projet de gamification. En proposant à ses potentiels clients de récupérer des points bonus ou de franchir des niveaux en travaillant sur différentes actions. En partageant son score sur les réseaux sociaux, la société espère ainsi pousser ses clients à respecter leur contrat et ainsi accéder à des services additionnels. Une belle idée permettant ainsi à la société de suivre de manière plus efficace ses clients et de les engager de manière plus durable.

On peut citer « Game of Roads » lancé conjointement par La Bâloise et la startup Motion-S. Une fois enregistrée sur la plateforme, le meilleur conducteur se voit récompensé pour son bon comportement sur la route. Un système simple, ergonomique et diablement efficace.

D’employés à sur-employés

On l’a déjà vu, les jeux vidéo ou plutôt sa technologie peuvent apporter beaucoup aux sociétés. Les jeux vidéo notamment les plus stratégiques d’entre eux, peuvent apporter également énormément aux employés eux-mêmes.

De nombreux chirurgiens travaillent ainsi leur dextérité et leur précision via des activités vidéoludiques, il parait évident et plus rassurant si un chirurgien s’est d’abord entrainé sur des opérations à cœur ouvert sur des simulateurs plutôt que sur des cobayes vivants.

Outil également de formation, et d’aide à la gestion d’espace, le jeu vidéo permet à l’entreprise de développer les compétences de ses collaborateurs de manière efficace et rapide tout en gardant un aspect amusant souvent oublié dans les modes de formation traditionnels.

Il reste cependant un obstacle de taille, le jeu vidéo sera et restera avant tout une activité ludique et de loisir. Bien que la technologie associée aux jeux vidéo puisse venir en aide aux entreprises en leur donnant notamment un nouvel élan ou une nouvelle approche de leurs clients, les nouvelles technologies sont avant tout pensées pour les joueurs et pour le plaisir du jeu. Il n’en reste pas moins que le nombre d’entreprises s’étant octroyées les nouvelles technologies du monde des jeux vidéo est grandissant. Quelle sera la prochaine étape ? Des événements entièrement disponibles en réalité augmentée ou des RDV avec votre conseiller bancaire réalisés par le biais de votre casque virtuel, l’avenir nous le dira…

Elodie Fedick

Cet article a déjà fait l'objet d'une publication dans Urban BEAST #6 / www.beastmagazine.lu  

© Shutterstock : gstockstudio