Les résultats de l’étude OTaC 2016 Luxembourg montrent que les entreprises ont pris des initiatives en direction des futurs candidats, entre site carrières, médias sociaux et recrutement sur mobile afin d’être de plus en plus en ligne avec les nouvelles générations arrivant sur le marché du travail. Toutefois, on constate encore un grand conservatisme au Grand-Duché comparé aux innovations lancées par les voisins européens dont la France et l’Allemagne.

 

Des entreprises qui commencent lentement à innover...

L’année 2015 a été marquée par une sensibilisation des entreprises luxembourgeoises concernant leurs besoins de moderniser leur communication RH et leur stratégie de marque employeur afin de rester compétitifs sur un marché de l’emploi européen qui tend à redémarrer.

 

Entre autres, on a pu observer le lancement d’un nouveau site carrières mondial pour Ferrero, une présence RH dédiée sur Facebook pour les entreprises du Big 4, Microsoft, Sodexo, Luxair, un renforcement de la stratégie des employeurs sur LinkedIn et quelques timides premiers pas sur Twitter, Instagram ou YouTube.

 

Aujourd’hui, le dispositif classique reprend un site carrières, épicentre des stratégies de communication RH des entreprises que tous les candidats consultent à un moment donné et une page LinkedIn, canal professionnel plébiscité par les étudiants européens (68% ont un profil).

 

... mais qui ont un cruel retard sur la concurrence internationale et les attentes des candidats.

Mais on constate malheureusement que cette conduite du changement est souvent très académique et timorée, et surtout trop lente vis-à-vis des attentes des candidats qui évoluent vite. Souvent contraintes par des exigences de ROI immédiat et une forte aversion au risque, rares sont les entreprises qui osent bouleverser les codes ou se rendre sur une plateforme ou un support « en premier ».

 

Ainsi seulement cinq entreprises sont prêtes à parler emploi par le biais d’Instagram cette année alors que 50% des jeunes diplômés européens l’utilisent. À l’heure où tous les recruteurs se battent pour capter l’attention de candidats potentiels, adopter une communication agile et savoir suivre le candidat pour lui adresser le message là où il se trouve devient une compétence clé participant à l’influence de l’entreprise.

 

Les candidats européens utilisent de plus en plus leur mobile pour leur recherche d’emploi. Ils sont à présent 49% à le faire (+13% par rapport à l’an dernier). Afin de répondre à ce comportement, les entreprises commencent à offrir des plateformes emploi adaptées aux mobiles et tablettes. Elles sont 19 sur les 30 entreprises classées au Luxembourg en 2016. L’activité principale des mobinautes est de chercher des offres d’emploi et dans une moindre mesure, faute de pratiques suffisantes des entreprises, de postuler en ligne (un tiers souhaiterait le faire, 13% l’a déjà fait).

 

Trois opportunités à saisir afin de combler enfin l’écart en faisant preuve de courage.

Aujourd’hui, trois grandes pistes d’innovation semblent à portée de main si les entreprises arrivent à s’émanciper des freins au changement mentionnés ci-dessus :

 

1. Reprendre le contrôle : mise en place d’offres d’emploi enrichies

Que cela soit sur un site carrières ou sur LinkedIn, l’accès aux offres d’emploi arrivent une nouvelle fois dans les premières attentes des candidats. Si ce besoin traverse les générations, les entreprises ont aujourd’hui plus de possibilités d’enrichir leurs offres d’emploi pour mieux les connecter aux témoignages de collaborateurs, aux offres similaires, à un contenu qualitatif qui aide à la prise de décision. Pour se faire, elles doivent reprendre le contrôle de cette clé de voûte de l’expérience candidat trop souvent laissée sur le territoire des prestataires de systèmes de gestion de candidature.

 

2. Accélérer le changement : le mobile mis en place avant même le desktop

Certes, le candidat ne souhaite pas plus que l’entreprise postuler en deux clics sans avoir le contrôle de ce qu’il transmet. Toutefois, la tendance de fond est à l’usage du mobile. Une entreprise pouvait encore se permettre d’attendre que les précurseurs se lancent en 2013. Aujourd’hui, une entreprise qui ne pense pas mobile d’abord pour sa communication employeur est en retard. Les plus innovants proposent déjà une navigation 100% responsive suivie d’une candidature possible sur smartphone. C’est le cas de BGL au Luxembourg.

 

3. Accepter l’éphémère : lancement de campagnes sur des réseaux à la mode

Instagram, Snapchat utilisé par 31% des répondants, Whatsapp utilisé par 70% des répondants, représentent déjà des audiences aussi importantes que Twitter (31%). Ce sera demain peut-être Yik Yak, Periscope, SoundCloud déjà utilisé par L’Oréal ou une autre plateforme innovante. Certains réseaux s’installeront dans le paysage digital tandis que d’autres auront une existence plus courte ou parleront uniquement à une cible très particulière. Pour qu’une entreprise puisse réussir à se positionner de manière innovante sur un créneau, elle ne doit pas avoir peur de perdre du temps. Elle doit avoir le courage d’admettre que l’investissement dans un canal et la communication puissent être éphémères.

 

On le voit ici : pour exister aux yeux des candidats, il faut être capable d’identifier où l’essentiel de l’expérience candidat se passe (nouveaux médias, offres d’emploi, mobile) et de leur proposer des initiatives inédites pour les y rencontrer. On ne force pas un candidat à découvrir un support dont il n’a pas envie. On doit se forcer à accélérer la conduite du changement en interne.

 

Quelques autres tendances et résultats

 

• Deloitte est le grand vainqueur de cette édition OTaC 2016 avec le titre de meilleur site carrières et le titre de meilleure stratégie digitale RH

• Ferrero remporte quant à lui le titre de meilleure expérience de candidature en ligne grâce à la bonne combinaison de son nouveau site carrières et de son système de gestion de candidatures

• EY remporte le titre de meilleure stratégie RH sur les médias sociaux tandis que BGL BNP Paribas est le meilleur employeur du Luxembourg sur mobile.

• Les sources d’information les plus utilisées par les jeunes diplômés européens sont le site carrières des entreprises (82%) et LinkedIn (61%).

• Le nombre de candidats utilisant Facebook dans leur recherche d’information sur un employeur est passé de 20% l’an dernier à 31% cette année.

• La recherche d’offres d’emploi reste le motif principal d’une visite sur LinkedIn mais 29% des candidats y ont déjà été en contact avec un employé ou un recruteur.

• Le nombre de candidats ayant utilisé Glassdoor reste stable autour de 10% des répondants. Ils y cherchent principalement des informations sur les salaires.

• 13% des propriétaires d’un smartphone l’ont déjà utilisé pour postuler. 63% l’ont déjà utilisé pour visiter un site carrières d’une entreprise.

 

Communiqué de presse par Potentialpark


Publié le 03 avril 2016