L'année d'imposition 2018 marquera un changement pour les frontaliers, qui seront automatiquement reversés dans la classe 1 d'imposition. Une classe moins avantageuse qui posent un dilemme : quelle classe choisir pour un couple frontalier ?

Bien qu'il reste encore du temps puisque les revenus à l'étranger déclarés ne seront pas imposés dès 2018, anticiper et calculer la meilleure option peut permettre aux frontaliers d'optimiser leur situation fiscale pour les années à venir.

Le principe est très simple : la nouvelle retenue d'impôt à la source se faisant sur les revenus luxembourgeois et étrangers, les couples dont le salaire dans le pays résident est inférieur au salaire luxembourgeois auront tout intérêt à rester dans la classe d'impôt réservée aux couples mariés : la classe 2.

Prenons l'exemple d'un couple où l'un des conjoints travaille au Luxembourg et l'autre dans le pays de résidence (France, Belgique, Allemagne…). Le premier gagne 76 000 euros annuel et le second 23 000 euros : sans déclaration fiscale et en étant directement reversé en classe 1, l'impôt s'élève à 13 621 euros. Grâce à une déclaration des revenus du ménage qui permettra de rester en classe 2, en 2019, l'impôt prélevé tombera à 10 785 euros.

A noter qu'il faut que 90% des revenus (50% pour les revenus belges) soient perçus au Luxembourg pour que le contribuable reste dans la classe 2. C'est dans cette optique que le gouvernement luxembourgeois a décidé de permettre la déduction de 13 000 euros sur les revenus perçus à l'étranger.


Publié le 08 août 2017