Rencontre avec Emilie Allaert (Head of Operations and Projects, The LHoFT Foundation) suite au prix de Best Workplace Design obtenu par la LHoFT, à l'occasion du Gala HR One du 20 novembre dernier.

À quels challenges liés à l'environnement moderne de travail les locaux de la LHoFT répondent-ils ?

Les locaux de la LHoFT répondent aux besoins de flexibilité et modularité des nouvelles sociétés innovantes. Les employés souhaitent pouvoir travailler dans des lieux conviviaux, lumineux et colorés. Un endroit où il y a une sensation d'énergie positive, où l'on a envie de travailler, tout simplement. En plus de cela, l'environnement des nouvelles technologies demande une certaine flexibilité au niveau des accès, en effet, les sociétés veulent pouvoir venir quand elles le souhaitent, cela veut dire 24h/24 et 7j/7. Il a donc fallu trouver une solution au niveau des accès du bâtiment et des bureaux fermés pour certains d'entre eux. Et espace ouvert et en ébullition ne veut pas dire espace non conforme aux réglementations. Certaines des sociétés sont régulées et il a fallu en tenir compte dans le design avec des cloisons vitrées mais offusquées, insonorisées et sécurisées. Tout cela a été pensé dès le début.

 

Plus concrètement, quelles sont les possibilités qui s'offrent aux employés ?

Les employés peuvent s'installer dans des espaces type salons avec canapés et fauteuils, dans des fatboys, dans des espaces plus cocoon avec des salles pour 1 à 2 personnes maximum afin de se concentrer. Certaines salles de meeting peuvent également être modulées et fournir soit un espace de workshop avec différents îlots de travail soit en espace de type conférence (jusqu'à 40 personnes). Certaines sociétés vont favoriser un espace de travail en "open space" avec un bureau au choix alors que d'autres préféreront avoir un espace défini où elles peuvent laisser leurs affaires. D'autres vont prendre des bureaux fermés comprennent de 3 à 10 places, ce qui permet aussi aux sociétés d'évoluer au sein de la LHoFT en fonction de leurs besoins. La flexibilité est clé, les contraintes sont minimales afin que chacun s'approprie les lieux et s'y sente bien. S'il y a besoin de décompresser il y a également le jardin/cour quand il fait beau et il y a une grande salle de conférence (d'une capacité de 150 personnes) à disposition qui sert de salle de détente en temps normal avec ping-pong, jeux d'arcade et babyfoot. Les possibilités sont multiples, et nous sommes à l'écoute en permanence des sociétés afin de répondre à leurs besoins si nécessaires.

 

Quels sont les impacts d'une telle politique "workplace" dans l'attraction et la rétention des talents ?

Les employés de la LHoFT et des sociétés qui y travaillent sont dynamisés par l'espace, nous observons des collaborations entre les différents acteurs, nos partenaires encouragent aussi leurs employés à venir dans cet espace où la discussion est clé. C'est vraiment une ruche où vous trouverez certainement quelqu'un n'importe quel jour de la semaine. Nous avons une liste d'attente pour les sociétés souhaitant rejoindre la LHoFT, celles-ci étant attirées par l'écosystème qui y gravite et l'environnement de travail moderne comme on se l'imagine lorsqu'on entend parler de "Google". L'espace de la LHoFT tel qu'il a été designé est un vrai atout pour attirer des talents venant de l'étranger ou du Luxembourg et qui veulent expérimenter ce qu'est l'innovation technologique.

 

Comment se déroule une journée de travail au sein de la LHoFT ?

Je dirais qu'elle se déroule de façon similaire à celle que vous pourriez vivre un peu partout, seul le cadre change. La seule vraie différence est cet esprit de collaboration, cette envie de faire évoluer Luxembourg vers une industrie financière embrassant les nouvelles technologies, performantes et à la pointe.


Publié le 05 décembre 2018