Laurent Decker (Associé-Directeur de Baucenter Decker-Ries, et Président de la Fédération des Jeunes Dirigeants d'Entreprise de Luxembourg) se prête à son tour aux questions concoctées par notre équipe dans le cadre de la série « 5 under 35 ».

Si vous pouviez remonter le temps et que vous aviez la possibilité de donner un conseil au petit garçon que vous étiez, quel serait-il ?

Mieux vaut des remords que des regrets ! À mes jeunes enfants qui abordent chaque jour pleins d’énergie et d’enthousiasme, je demanderais d’oser, d’essayer et de ne pas (trop) se soucier des échecs. J’ai récemment lu un article sur le fait que ma génération est beaucoup plus averse au risque comme elle a été élevée dans un certain confort. Les prochaines générations vont devoir se battre davantage – à nous donc de les aider à développer les bonnes approches.

Avec du recul, changeriez-vous certaines des décisions professionnelles que vous avez prises ? Pourquoi ?

Avec mon diplôme de Master en poche, j’ai directement intégré l’entreprise familiale après mes études. Avec le recul, j’aurais éventuellement pu passer 4-5 années d’expériences professionnelles dans notre secteur, mais à l’étranger afin d’apprendre certaines bases du métier en externe et pouvoir ensuite les remettre en question chez nous. Aujourd’hui, les idées me viennent souvent loin de l’entreprise : lors de déplacements professionnels, à des foires spécialisées, lors de visites d’entreprises ou même en vacances…d’où l’importance de sortir !

Nous nous revoyons dans 5 ans. Vous me diriez que vous avez réussi professionnellement s’il s’est passé quoi ?

Dès le début de cette période de crise, nous avons décidé de nous investir à tous les niveaux. D’abord, nous renforçons les liens avec notre personnel ce qui est crucial pendant cette période où la relation entre employé et employeur est mise à rude épreuve. Ensuite, nous avons engagé un programme d’investissements afin de moderniser durablement les infrastructures de notre entreprise, de limiter nos ressources énergétiques et d’adopter un comportement plus responsable.

J’ai ciblé nos projets stratégiques et mes idées de diversification, mais pour moi, il n’y a pas vraiment de moment d’accomplissement défini pour une réussite professionnelle. Je suis plutôt à la recherche d’un sentiment de satisfaction lié au fait que notre société s’est résolument tournée vers un futur durable avec des clients fidèles et satisfaits et un personnel qui ressent une fierté de faire partie de notre entreprise.

 

Quel a été l'impact des relations humaines dans votre « jeune » carrière ?

Je pense que la vie s’écrit en relations humaines et que chaque chemin se trace par les rencontres que l’on fait. J’ai eu la chance d’appréhender beaucoup de choses à travers les voyages que je faisais avec mes parents et mon frère dès mon plus jeune âge. Ensuite, mes études et mes débuts de carrière professionnelle m’ont amené à rencontrer des personnes inspirantes, à écouter des chefs d’entreprises visionnaires et à développer des amitiés fortes avec d’autres jeunes entrepreneurs (notamment par mon engagement auprès de la FJD – Fédération des Jeunes Dirigeants d’Entreprises) ce qui me pousse constamment à la réflexion et à la remise en question.

 

Qu'est-ce qui vous motive au quotidien ? Quelles sont vos sources d'inspiration ?

Dans une entreprise familiale comme la nôtre, la notion de « famille » ne se résume pas seulement aux successeurs DECKER, mais s’entend également pour l’ensemble du personnel qui s’y investit chaque jour. Ce sont ces salariés fidèles et dévoués qui me motivent tous les jours et ce, en particulier, dans le contexte actuel de la pandémie.

D’un côté personnel, j’ai le plaisir de partager de nombreuses heures de course à pied avec un groupe d’amis qui sont tous entrepreneurs. Décidément, nos échanges lors de nos sorties de 20 kilomètres ou plus du samedi matin sont un véritable bol d’air frais tout à fait inspirant !

Si vous deviez résumer votre profession en trois mots, quels seraient-ils ?

Concrète – Face à l’apparition de nouveaux métiers, parfois moins tangibles, nos activités de commerce et d’artisanat restent très concrètes. Par les travaux de carrelages, de menuiserie et de pose de cuisines que nous exécutons, nous donnons une véritable empreinte à des bâtiments et des logements.

Innovante – Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la digitalisation ouvre de nombreuses possibilités dans le métier de la construction. Entre l’intégration de nombreux outils digitaux dans nos salles d’exposition et la digitalisation progressive de nos processus internes, nous restons attentifs aux dernières avancées technologiques.

Enrichissante – Nous sommes en permanence en contact avec des personnes - clients, fournisseurs, partenaires - avec qui nous partageons notre passion pour nos différents métiers. A chaque projet, nous essayons d’assurer un service et un suivi optimal ce que notre slogan reflète si justement « Qualité, Service, Expérience depuis 1899 ».

 

En dehors du cadre professionnel, comment vous définissez-vous ?

Je pense être loyal, c’est une valeur qui m’importe beaucoup. Plus jeune, j’étais assez impatient et impulsif, mais mes enfants m’ont fait changer. Je ne suis pas du genre à faire plein de choses à mi-cœur - quand je m’investis, ce sera toujours à 100%, n’importe si c’est au travail, en privé ou au sport. Et finalement, je n’aime pas trop les auto-évaluations, faisons plutôt connaissance ! ;-)


Publié le 25 novembre 2020