L’association Innovation Medicines for Luxembourg (IML), anciennement appelée APL, a organisé une Assemblée Générale la semaine dernière, afin de présenter son rebranding et les missions portées par l’association. Des spécialistes étaient présents pour l’occasion afin d’évoquer l’importance de la digitalisation dans le domaine de la médecine.

En ce sens, Mimi de Ruyck, présidente de l’association, a rappelé la mission principale de l’IML, qui est de promouvoir de meilleurs services de santé et ainsi encourager l’innovation thérapeutique dans le domaine de la médecine au Luxembourg. 

Anna Chioti, Head of Division Pharmacy and Medicines au Ministère de la Santé, est revenue sur la collaboration entre le gouvernement et les parties prenantes pour la mise en place de mesures concrètes pour lutter contre la pandémie. Ils ont notamment réussi à rassurer la population en répondant aux interrogations de la population relatives au Covid-19 ou au vaccin. Ces dispositions n’auraient pu avoir lieu sans cette coopération solide entre les acteurs locaux. 

“Le Covid nous a donné une leçon sur la solidarité”, a annoncé Magda Chlebus, directrice scientifique de l’EFPIA. L’innovation ne peut avoir lieu sans collaboration : il est alors nécessaire d’instaurer une coopération au niveau européen pour faire avancer la recherche. Cela passe en partie par l’usage des nouvelles technologies pour faciliter la collaboration entre pairs, et ainsi accompagner le développement de la science. 

Par ailleurs, la digitalisation de la médecine est essentielle selon le Dr. Jochen Klucken, spécialisé dans la médecine digitale. Celle-ci peut s’avérer utile afin d’établir des diagnostics plus rapides auprès des patients, notamment grâce à des capteurs digitaux. L’idée est donc de renforcer la confiance des patients par rapport à leur suivi médical. Cela s’accompagne également par la mise en place d’une application mobile, intitulée DiGA. De manière générale, cette application permet de donner des conseils personnalisés aux patients selon leur pathologie, et assure un suivi du traitement des patients. 

Il est certain que l’industrie de la santé était mise à rude épreuve pendant la pandémie, mais la coopération européenne, en plus de la digitalisation, a permis d'instaurer rapidement des solutions aux différentes problématiques liées au Covid-19. L’idée serait donc de continuer sur cette voie pour assurer le développement de l’innovation et de la digitalisation concernant d’autres domaines scientifiques. “Ensemble, nous pouvons accélérer le développement des solutions médicales grâce à la science et la technologie”, a déclaré Magda Chlebus.

 

(Crédit photo : IML)


Publié le 05 mai 2022