Les processus de recrutement évoluent tout autant que les envies et habitudes de nouvelles générations, très friands de nouvelles technologies et en perpétuelle quête de sens. Les startups redoublent d'inventivité pour proposer des outils innovants aux recruteurs, leur permettant de réduire le temps passé à sélectionner les bons candidats, mais aussi à bien cerner les profils nécessaires et les compétences de leurs futurs talents. Entre neurosciences, vidéos et expertises tech, Urban BEAST vous propose de (re)découvrir 6 startups qui transforment et facilitent le recrutement.

MITCH, la CVthèque vidéo

Le conseil de la startup parisienne ? "N'attendez pas votre entretien d'embauche pour dire qui vous êtes !" Depuis 2016, Mitch propose aux candidats d'associer une vidéo à leur CV en répondant à 3 questions, avec des réponses concises et précises d'une durée de 15 secondes chacune. Comme expliqué par les fondateurs de la startup, "la personnalité, les compétences et la motivation sont autant de critères indispensables pour optimiser les recrutements". Mitch répond à un besoin important exprimé par les sociétés : réduire drastiquement le temps alloué au recrutement et plus précisément au sourcing.

 

NEOJOBS, le recrutement décalé

Se spécialisant également dans la marque employeur en utilisant les techniques de la gamification, Neojobs propose aussi aux entreprises de recruter autrement : des activités originales et ludiques qui donnent une nouvelle image de l'employeur à ses futurs collaborateurs. Ici aussi, ce sont les mécaniques du jeu qui sont plébiscités, pour transformer un processus de recrutement long et fastidieux, en une période fun. Cette méthode représente une excellente opportunité pour détecter le savoir-faire, mais aussi le savoir-être des candidats et potentiels futurs employés.

 

GOLDEN BEES, la programmatique au service du recrutement

En combinant webmarketing, Intelligence Artificielle et Big Data, Golden Bees accompagne les recruteurs dans la recherche de profils spécifiques. En effet, la solution d'achat média programmatique née de l’initiative de 4 passionnés des nouvelles technologies du web, permet de publier vers une audience bien particulière et ce sur l'intégralité des supports connectés, entre mobiles, PCs et tablettes. Cette technologie est basée sur des algorithmes prédictifs analysant des données afin d'identifier des candidats potentiels.

 

GOSHABA, le recrutement équitable

La startup française combine jeux vidéo, data et neurosciences avec pour mission de proposer un recrutement plus "fiable, fun et équitable", véritablement basé sur les compétences des candidats. Depuis sa création en 2014, de nouveaux services ont été créés : "smart screening" (pour trouver une aiguille dans une botte de foin), "cognitive gaming" (afin de vérifier si le savoir-faire du candidat est adapté à la culture d'entreprise) ou encore "talent mapping" (qui permet d'identifier les bons profils pour un poste en un coup d'œil).

 

NEXTEN.IO, quand les spécialistes recrutent les spécialistes

Fondée au Luxembourg en 2017, la plateforme de recrutements d'experts en nouvelles technologies se base sur le concept #TechHiresTech. Sa conviction principale ? Les développeurs doivent être en mesure de parler de technologies lorsqu'ils recherchent un emploi. C'est pour cette raison que les profils techniques qui évoluent au sein des entreprises contactent directement les candidats via la plateforme nexten.io. Ces derniers peuvent alors facilement relever les défis de programmation proposés et ainsi impressionner les futurs employeurs.

 

DISTINCTION, l'ajout d'un test de personnalité

A la croisée des chemins entre recrutement et neurosciences, Distinction assure que "les candidats offrent bien plus que ce qui est décrit dans un curriculum vitae : il y a des choses qu'on ne trouve pas dans un CV". La startup a développé un test de personnalité projectif chromatique, pour déceler la vraie valeur ajoutée des candidats et ainsi permettre aux sociétés de réduire le turnover et l'absence, mais également le coût des campagnes de recrutement ainsi que les inégalités à l'embauche.

 

Alexandre Keilmann

Cet article a été publié dans Urban BEAST #18 / www.beastmagazine.lu


Publié le 19 mars 2020