Par Justine Bousquet, Great Place to Work Luxembourg.

Celle-ci est inspirée des travaux scientifiques du Dr Paul Ekman qui peut détecter sur le visage ou le corps des indices qui permettent de différencier la vérité du mensonge dans le cadre d’enquêtes criminelles.

Paul Ekman est un psychologue américain et professeur de psychologie à l’Université des sciences médicales de Californie. Il fut l’un des pionniers dans l’étude des émotions dans leurs relations aux expressions faciales (théorie de détection des micro-expressions élaborée à partir de l’étude sur les sociétés primitives et leurs réactions universelles à diverses photographies). Il est considéré comme l’un des cent plus éminents psychologues du XXème siècle. Il est également formateur et consultant pour le FBI, la CIA et l’ATF, pour des avocats, des juges et des sociétés telles que les studios d’animations Pixar.

Sa vie et un de ses ouvrages ont inspiré, entre autres, la série "Lie To Me".

Great Place to Work a choisi d’introduire cette discipline dans sa formation sur les Fondamentaux de la Communication. Découvrez notre interview croisée entre les deux intervenantes de la formation : Christelle Brignoli, Managing Director de Great Place to Work® et conceptrice de la formation, et Christelle Laune, Synergologue.

 

(Christelle B.) La Communication fait partie intégrante de votre modèle GPTW, pourquoi en avoir décliné une formation ?

Dans notre enquête, nous interrogeons les participants sur l’efficacité de la communication dans l’entreprise, qu’elle soit ascendante ou descendante.

Nous avons constaté que les problèmes de communication dans une équipe et/ou dans l’entreprise étaient récurrents : manque de feedback, manque d’informations, rétention, manque de clarté dans la communication, manque de disponibilité, etc.

La communication peut paraître innée, voire facile : « je sais parler à quelqu’un ». Cependant, il y a une différence, voire plusieurs, entre ce que je pense savoir faire et ce que je fais réellement.

Nous avons donc décidé de répondre à ce besoin en proposant cette formation pragmatique qui permet de conscientiser ce que nous faisons ou pas quand nous communiquons, ou pas.

 

(Christelle L.) Vous êtes synergologue et vous intervenez pendant une heure lors de la formation sur les Fondamentaux de la Communication, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la synergologie et ce que vous apportez de plus lors de cette formation ?

Selon Philipe Turchet, la synergologie mesure la congruence entre le langage corporel et le discours. Par l’observation, elle décode le langage corporel de notre interlocuteur et ses émotions en présence, afin de mieux le comprendre : « que dit-il vraiment avec son corps tandis qu’il s’adresse à nous ».

En effet, la synergologie, ou l’observation du langage émotionnel, considère la pensée et l’émotion comme étant corceptuelles, et permet de lire l’émergence d’une pensée entre 3 et 5 secondes avant qu’elle ne soit formalisée.

Vous comprendrez que cette discipline prend tout son sens dans le courant de l’intelligence émotionnelle, de la notion d’intelligence collective et de l’intégration des émotions.

Les modèles de développement de la communication (pour citer les principaux : L’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman, la CNV de Rosenberg ou encore le Process Com Model de Taibi Kahler) sont en convergences sur certains points essentiels à la communication qui sont : la conscience de soi et la gestion de ses émotions, la perception des émotions de l’autre et la congruence entre ce que l’on communique et ce que l’on ressent.

Dans la mesure où un être humain passe 70% de son temps à communiquer et que 93% de sa communication repose sur le non-verbal, il semble évident, voire indispensable de développer notre connaissance du langage non-verbal.

Le flux non-verbal (gestes, postures, tonalité de la voix) est lié aux émotions. Or, il n’y a pas encore dans notre éduction ou dans nos cursus scolaires d’enseignements visant à la compréhension et à la maitrise de nos émotions, pourtant si importante dans notre quotidien (ex : Un papa préoccupé dit à sa petite fille de 7 ans – « Surtout, ne stresses pas pour ta dictée de demain ! »).

L’émotion est mouvement (e-motion) : elle représente ce qui nous mobilise dans l’action.

L’émotion crée le mouvement en nous lorsque nous communiquons. Elle génère aussi des réactions corporelles lorsque nous ne la verbalisons pas (micro expression, micro démangeaisons, agitation, …).

Observer, percevoir et comprendre les émotions est une clé essentielle pour établir et développer une bonne collaboration et le déploiement de l’intelligence collective entre les Hommes.

Le plus qu’apporte ce type d’intervention consiste à produire un éclairage dont chacun peut bénéficier à chaque instant de son quotidien. Pour se reconnecter à lui, à ses proches et fluidifier ses interactions sociales.

 

(Christelle B.) Pourquoi est-ce si important de se former à mieux communiquer ?

Il est important de se remettre en question dans son rapport à l’autre. La demande vient souvent des entreprises mais plus particulièrement des salariés eux-mêmes.

Ils sont attentifs à améliorer leurs relations aux autres, à mieux comprendre telle ou telle réaction, et par là même de se former et d’expérimenter leurs qualités relationnelles dans certaines situations difficiles. On le sait, une communication défaillante voire difficile ou tendue peut avoir un impact considérable sur les salariés en interaction (stress, démotivation, maladie, erreurs, démission, etc.) sur l’équipe mais aussi sur la performance de l’entreprise.

Il ne faut pas oublier que la communication est partout, on ne peut pas ne pas communiquer. C’est bien pour cela qu’il est important de travailler dessus, de s’observer soi-même et d’observer l’autre aussi.

 

(Christelle L.) D’après vous, qu’est-ce qui fait la différence entre un bon et un mauvais communicant ?

La conscience de soi et la gestion de soi dans la relation – Pour gérer la relation et établir une bonne communication, le bon communiquant est conscient de :

- Son cadre de référence culturel et son système de pensée (pensée critique /pensée parallèle/ Métis)

- Son éducation et son cadre de valeur

- Son état émotionnel (serein, joyeux, en colère)

- Sa position de vie (+ ; +)

- Ses croyances et ses scénarios (Bon/Perdant – Bon/gagnant…)

Cet ensemble représente à la fois les composantes de son filtre de perception de soi, de l’autre, de son environnement et de la situation dans l’instant.

Être conscient de ses biais et pouvoir objectivement les neutraliser pour entrer en relation avec l’autre représente les clés d’une communication efficiente.

Un bon communiquant entre en empathie avec lui-même, avec l’autre, en étant conscient de ses différents filtres. En se gérant lui-même, il dispose du curseur qui lui permet de s’adapter au cadre de référence, à l’état émotionnel et à la perception de l’autre. Ainsi, nous pouvons parler d’une posture fluide dans la relation.

 

Pour améliorer votre communication et découvrir la synergologie, rendez-vous le 15 novembre prochain lors de notre formation « Les Fondamentaux de la Communication »Ecrivez-nous pour vous inscrire.


Publié le 24 septembre 2019