Dans ses nouvelles publications, l’Observatoire de la formation analyse les pratiques de formation en entreprise pour l’année 2017. Tandis que la durée des formations diminue, le nombre de formations suivies par personne est en hausse : les salariés participent à 4,8 formations en 2017, contre 4,3 formations en 2012. De fortes disparités d’accès à la formation en fonction du domaine d’activité de l’entreprise et du statut du salarié persistent.

En cinq ans, la durée des formations dans les très petites entreprises a diminué de 2,8 heures

La durée des formations diminue lentement mais sûrement depuis 2012. Les formations durent, 5,1 heures en 2017, contre 5,7 heures en 2012. Ce mouvement à la baisse marque le plus les secteurs "Commerce; réparation d’automobiles et de motocycles", "Santé humaine et action sociale" et "Information et communication", ainsi que les très petites entreprises (moins de 10 salariés). Dans les secteurs mentionnés, les formations sont moins longues, de 2,1 à 2,6 heures de moins qu’en 2012. Dans les très petites entreprises, les formations durent 9,9 heures, c’est 2,8 heures de moins qu’en 2012.

 

Les salariés du secteur "Activités financières et d’assurance" suivent 2,2 formations de plus qu’en 2012

Les salariés participent à 4,8 formations en 2017, contre 4,3 formations en 2012. Les salariés du secteur "Activités financières et d’assurance" assistent à 7,5 formations, soit 2,2 formations de plus qu’en 2012. C’est le secteur qui connaît la plus forte progression du nombre de formations suivies. La participation des salariés des très petites entreprises progresse de 4,3 formations en 2012 à 5,6 formations en 2017.

 

Les cadres et dirigeants toujours avantagés

Les salariés non-qualifiés suivent moins de formations (2,4 en 2017 contre 2,6 en 2012), alors que le nombre de formations dont bénéficient les salariés qualifiés est en hausse (5,0 en 2017 contre 4,4 en 2012). Les cadres et les dirigeants se forment également plus en 2017, respectivement 1,5 formation (6,8 contre 5,3) et 0,3 formation (6,1 contre 5,8) de plus qu’en 2012.

 

Le taux de participation des salariés du secteur privé progresse de 5 points de pourcentage par rapport à 2012

56,1% de l’ensemble des salariés de l’économie privée profitent potentiellement de l’aide de l’État à la formation en 2017, contre 51,1% en 2012.

 

Communiqué par l'INFPC


Publié le 21 novembre 2019