Selon une récente étude d’Eurostat, au sein de l’Union européenne, les étrangers sont beaucoup plus susceptibles d’être surqualifiés dans leur emploi que les nationaux, surtout les personnes originaires de pays tiers (hors UE). En 2020, c’est le Luxembourg qui enregistre les taux de surqualification les plus bas de toute l’UE.

Les derniers résultats de l'enquête sur les forces de travail de l'Union européenne (UE) montrent que les citoyens étrangers employés sont plus susceptibles que les nationaux d'être surqualifiés pour leur travail. En 2020, le taux de surqualification de l'UE était de 41,4% pour les citoyens non européens et de 32,3% pour les citoyens des autres États membres de l'UE. Le taux de surqualification des nationaux s'établit, lui, à 20,8 %.

En 2020, parmi les États membres de l'UE, la part la plus élevée de citoyens non européens surqualifiés est enregistrée en 2020 en Grèce (71,6%), suivie de l'Italie (66,5%), de l'Espagne (57,1%) et de Chypre (55,9%). Pour les citoyens des autres États membres de l'UE, les proportions les plus élevées de travailleurs surqualifiés sont enregistrées en Italie (47,8%), à Chypre (47,7%) et en Espagne (47,2%). La part de citoyens nationaux employés surqualifiés est la plus élevée en Espagne (34,5%), à Chypre (30,5%) et en Grèce (30,4%).

Le Luxembourg a enregistré les taux de surqualification les plus bas en 2020, quelle que soit la nationalité des travailleurs : 3,2 % pour les Luxembourgeois, 3,5 % pour les citoyens des autres États membres de l'UE et 10,8 % pour les citoyens non européens.

graph eurostat_0.PNG

Les femmes sont plus susceptibles d'être surqualifiées que les hommes, quelle que soit leur nationalité

Une comparaison des taux de surqualification entre les sexes révèle un écart dans l'UE pour les trois types de citoyenneté. Le taux de surqualification parmi les nationaux est de 1,0 point de pourcentage plus élevé pour les femmes que pour les hommes; l'écart entre les sexes est plus important pour les citoyens des autres États membres de l'UE et pour les citoyens non européens (6,0 points et 6,4 points respectivement).

Les taux de surqualification des étrangers plus élevés chez les personnes «âgées»

En ce qui concerne la comparaison par tranche d'âge, les taux de surqualification des citoyens non européens et des citoyens d'autres États membres de l'UE sont généralement plus élevés chez les 35-64 ans que chez les 20-34 ans, alors que c’est le contraire pour les nationaux.

Le taux de surqualification des citoyens non-UE plus âgés est supérieur de 9,4 points de pourcentage au taux correspondant pour les citoyens non-UE plus jeunes. Pour les citoyens des autres États membres de l'UE, cet écart est plus faible, à 2,2 points de pourcentage.

En revanche, le taux de surqualification des nationaux est plus élevé chez les jeunes que chez les plus âgés, soit une différence de 4,6 points de pourcentage.

graph eurostat 2_0.PNG

 

Communiqué de presse d’Eurostat

 


Publié le 22 juillet 2021