Le confinement a valorisé la formation à distance. Si ce moyen de formation permet de s’affranchir des contraintes d’espace et de temps, il répond également à la nécessité de distanciation sociale et aux tendances du marché du travail actuel. Comment se décline la formation à distance ? Quels résultats peut-on en attendre ?

Répondre à nos questions requiert de s’interroger sur l’assimilation des connaissances. Selon le modèle 70:20:10,« 70% de ce que l'on sait provient de notre expérience, 20% de ce que l'on apprend trouve son origine dans notre entourage professionnel et 10% est acquis via des formations formelles ». Ce modèle semble pertinent et valable en situation de formation traditionnelle. Dès lors, comment s’assurer de l’efficacité d’un apprentissage à distance ?

 

Formation traditionnelle et Digital Learning

La formation traditionnelle renvoie généralement aux formations en situation physique dispensées par un formateur qui utilise, dans la plupart des cas, un PowerPoint en guise de support. Rythmées par des temps théoriques et des mises en situation ainsi que des échanges entre le formateur et les apprenants, ce type de formation permet de valider en partie l’acquisition des nouvelles compétences, à en croire le modèle 70:20:10. La garantie de cette acquisition de connaissance est souvent conditionnée par la qualité du formateur qui stimule les apprenants, les motive et les oriente. Or, sans lieu, ces aspects s’effacent.

 

Le Digital Learning, quant à lui, est par essence dématérialisé. En d’autres termes, il n’y a pas d’espace ou de temps représenté ni de personnes. On peut penser au e-learning, qui utilise, par exemple, des classes virtuelles, permettant l’apprentissage autonome. Si le Digital Learning intègre le e-learning, il ne se limite pas à cette méthode. Il englobe l’ensemble des outils numériques de formations et d’accompagnement mis au service des apprenants afin qu’ils puissent atteindre leurs objectifs de formation plus rapidement et avec plus de fluidité. Né de la transformation digitale et du développement des compétences via de nouveaux supports, tels que les smartphones, les tablettes, les applications digitales et les jeux, le Digital Learning peut intervenir dans toutes les étapes d’une formation qu’elle soit « physique » ou à distance.

 

Le Digital Learning est-il aussi efficace que la formation traditionnelle ? 

La notion d'apprenance tend désormais à se porter sur la motivation des apprenants, les méthodes de formation et l'environnement qui entoure l'apprentissage. Dès lors, la réussite d'une formation n'est plus uniquement dépendante d’un formateur mais est davantage axée sur les qualités de l'apprenant et sa capacité à créer son propre environnement.

 

La question de l’efficacité du Digital Learning implique de s’intéresser à la spécificité des apprentissages ciblés. Au-delà, il est indéniable que l’apprenant en situation de e-learning doit mobiliser de multiples compétences : informatique, recherche d’information, autonomie et organisation. Ces compétences qui ont davantage trait aux « soft-skills » méritent d’être prises en considération.

 

Ensuite, le Digital Learning est adaptatif. Sans contraintes de temps, d’espace et de personnes, chacun est responsable de son rythme et de son temps de progression entre les sessions « live » proposées par l’accompagnant.

Son approche multimodale est un atout indéniable tant l’attention d’un individu en situation d’apprentissage décroît à partir de 10 minutes. Or, la variété des médias permet, à juste titre, de maintenir l’individu dans sa posture d’apprentissage.

Enfin, le Digital Learning permet  aux  apprenants  de  communiquer  de  façon  synchrone (en interaction avec un formateur et d’autres apprenants à distance). Cette dimension est indispensable pour permettre aux apprenants d’interagir avec leurs pairs et ainsi de voir naître une vraie communauté. Le Digital Learning comporte également un caractère asynchrone et permet à chacun de s’approprier un contenu selon son temps et ses capacités.  Pour gérer cette alternance, l’utilisation d’outils collaboratifs tels que Klaxoon permet ainsi de rythmer les échanges pour maximiser l’attention et l’intérêt en séance comme en dehors.

 

Blended Learning : la réponse adéquate

Si il existe une véritable différence de nature entre la formation « traditionnelle » et le Digital Learning, leur complémentarité est indéniable. Il ne s’agit donc pas de substituer l’un à l’autre mais au contraire de nourrir l’un et l’autre. La réponse à l’efficacité de l’apprentissage réside davantage en un medley de sessions de formation « physiques » et à distance. En effet, le Blended Learning permet de créer les situations d’apprentissage idéales. Dans cette équation, chacune des méthodes permettrait d’enrichir l’autre et surtout de donner à l’apprenant l’opportunité de rester maître de sa destinée de formation.

 

Talantlers propose des solutions complètes dont une bibliothèque de contenus digitaux, incluant des cas pratiques par secteur; des webinars collaboratifs; et des formats en face-à-face basés sur le partage d’expérience et l’échange. Pour en savoir plus : training@talantlers.com

 

Communiqué par Talantlers

 

Photo : Romain Tisné

Crédit photo : Olivier Toussaint

Support éditorial et SEO : Steve Boukhers, SBK Com'sulting


Publié le 12 octobre 2020