L’immersive learning (ou “apprentissage immersif” en français) a le vent en poupe, et pour cause : cette nouvelle modalité de formation permettrait de développer des compétences et d'assimiler une nouvelle culture d’entreprise bien plus vite qu’une formation traditionnelle, uniquement basée sur la théorie. 

Une expérience immersive et plus réaliste 

Plonger les (futurs) collaborateurs dans un univers totalement immersif (au lieu de les inviter à essuyer les bancs de l’école, de manière assez classique) permet de stimuler les sens et de considérablement augmenter leur degré d’attention et de compréhension - suivant la logique du “learning by doing”. 

Les scientifiques R. Eichinger et M. Lombardo ont d’ailleurs mené une étude auprès de 200 cadres qui viendrait appuyer les bénéfices d’une telle logique : selon eux, 70% de ce que l’on maîtrise provient de l’expérience, 20% de nos interactions sociales et 10% du cadre théorique. 

La répétition fixerait-elle la notion ? L’adage semble se confirmer. 

L’immersive learning représente donc un terreau fertile pour simuler des situations à risques et intégrer les bons gestes sans conséquence dans la vie réelle. 

La possibilité de formation à distance 

L’immersive learning permet également aux entreprises de connecter divers collaborateurs (qu’ils soient sur site ou disséminés un peu partout dans le monde) et in fine renforcer leur engagement, uniformiser les processus de formation et permettre à certains de rapidement monter en compétence.

Une aubaine pour les plus introvertis qui sont libres de faire leurs propres expériences, sans peur du ridicule. On appelle ça l’effet Protée, du nom du dieu grec capable de changer de forme à l’envie. De nombreuses études ont en effet démontré que les interactions virtuelles par avatars permettent aux apprenants de se désinhiber, de prendre des risques, de se tromper et de développer les bons réflexes, sans appréhender le regard de l’autre. 

Une structure à bien définir en amont

Cette nouvelle modalité de formation tente de reproduire, le plus fidèlement possible, les conditions dans lesquelles sont susceptibles de se retrouver les apprenants. Il est donc essentiel de dresser une liste des différents scénarios en amont pour potentialiser les effets de la formation. 

Initialement utilisée par l’armée américaine au début des années 2000 pour préparer les soldats à des situations de danger extrême, l’immersive learning s’est largement démocratisée depuis : les casques de réalité virtuelle sont de plus en plus abordables et les contenus de plus en plus qualitatifs - de quoi en convaincre plus d’un. 

Reste aux services RH à trouver le bon équilibre entre cadre théorique et formation immersive - pour recruter, onboader ou former en interne.   


Publié le 10 août 2022