En cette période exceptionnelle, IMS rend public les résultats du baromètre du projet FSE Info Flow Savvy réalisé en collaboration avec le LISER, auprès de 1 372 répondants de 107 organisations professionnelles. Normalement réservée aux membres de son réseau, cette publication décrypte les habitudes digitales au Luxembourg et met en exergue des conseils pour réduire les risques de stress et augmenter la satisfaction.

Ce projet accompagne les équipes pour gagner des aptitudes essentielles pour évoluer dans un environnement professionnel de plus en plus digitalisé. Lors du prochain Luxembourg Sustainability Forum du 15 septembre 2020, les questions du bien-être numérique, de la gestion de la connaissance collective et de la surcharge cognitive seront abordées avec des experts.  

 

Travail à distance, connexion et efficacité, où trouver l’équilibre ? 

Confinés ou en distance social, nos outils numériques et nos capacités de connexion sont plus que jamais nos meilleurs alliés. Non seulement, ils nous permettent de maintenir au moins en partie nos activités professionnelles mais ils sont également devenus nécessaires à toutes nos interactions formelles et informelles, professionnelles et privées. 

Depuis un an, IMS Luxembourg étudie et sensibilise les entreprises de son réseau à l’infobésité. Il s’agit d’un phénomène exacerbé notamment par la digitalisation des modes de travail, qui provoque une surcharge informationnelle, communicationnelle et cognitive. Si le stress n’est pas lié au nombre d’outils utilisés dans le cadre professionnel, il apparait bien corrélé avec le nombre de situations à risques et de « symptômes » d’infobésité auxquels un salarié est exposé. 

Pour tous les outils numériques, le conseil numéro un, est de paramétrer soi-même les notifications et d’en couper le maximum pour se protéger des interruptions non urgentes. Cette habitude diminue le risque de stress de 26% et accroit le potentiel de satisfaction au travail de 41%. 

 

Et les emails ? 

L’email est aujourd’hui l’outil professionnel qui cristallise le plus l’infobésité au travail. Et peu de personnes en ont une utilisation optimale. Chacun a pu développer des usages positifs mais une marge d’optimisation de gestion des emails persiste. Certaines habitudes semblent faire gagner du temps et ont pourtant une incidence négative sur les niveaux de stress et de satisfaction des collaborateurs. Par exemple, lire souvent ses emails pendant les repas augmente le risque de stress au travail de 31% et diminue les chances d’être satisfait de la vie en général et du temps disponible pour la vie privée (de respectivement 26% et 25%). C’est pourtant une pratique fréquente de 37% des répondants. À l’inverse, préciser systématiquement quelle réponse est attendue et sous quel délai (un tiers des répondants ont déjà cette habitude), augmente pour l’expéditeur de 38% les chances d’exprimer de la satisfaction au travail.`     Déjà 30% des répondants indiquaient avoir reçu des critiques de leur entourage personnel sur leurs habitudes de connexion professionnelle, pour éviter une augmentation en flèche de ce pourcentage, IMS encourage les organisations professionnelles et les salariés à prendre connaissance des résultats du baromètre et à profiter de cette période particulière pour tester quelques une des recommandations. 

Le projet Info Flow Savvy est cofinancé par le Fonds Social Européen, le Ministère d’Etat via Digital Luxembourg, le Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire, la Chambre de Commerce et la Chambre des Salariés. Il est construit en 3 étapes : Connaissance, Exploration, Sensibilisation réparties sur deux ans. Pour faire face aux nouveaux besoins en savoirs organisationnels et individuels induits par l’accroissement des flux informationnels numériques, IMS propose conférences, formations, webinaire et projets-pilotes autour du phénomène.  

Plus d’informations sur le projet Info Flow Savvy et télécharger le baromètre : https://imslux.lu/fra/nosactivites/pole-de-specialites/21_info-flow-savvy-infobesite#presentation  

 

Communiqué par IMS


Publié le 10 avril 2020