L’école d’ingénieurs offre de nombreuses formations professionnelles dans les domaines du management en projet industriels, l’amélioration continue, le contrôle non-destructif, etc. Anne-Sophie Personne, Responsable administrative et Marketing du MBA Telfer, vous présente le réseau ENI, ainsi que les avantages des formations proposées sur le site de Metz.

 

Vous faites partie du réseau des Écoles Nationales d’Ingénieurs (ENI). Quelles sont alors les spécificités de l’ENIM ?

Depuis sa création en 1962, l’ENIM s’est distinguée par la force de son engagement industriel. Sa modernisation et son dynamisme reflètent sa capacité à anticiper sans cesse les évolutions et les besoins de son environnement socio-économique. A l’interface entre l’entreprise et les potentiels de recherche et d’enseignement, l’ENIM apporte une contribution majeure à l’innovation et à la maîtrise des changements via ses formations.

 

Pour une entreprise, se maintenir sur ses marchés et en gagner de nouveaux, c’est s’adapter en permanence, gagner en productivité, en qualité, en fiabilité. C’est innover, anticiper les mutations dans un environnement où les métiers changent, évoluent et les technologies progressent. La ressource humaine est, dans ce contexte, la plus prometteuse des ressources pourvu qu’elle soit, elle aussi, préparée au changement.

 

Quelles sont les formations professionnelles proposées par l’ENIM ?

Accessibles à tous les professionnels, les formations dispensées par le pôle « Formation Tout au Long de la Vie » de l’ENIM peuvent déboucher sur un diplôme d’ingénieur (Validation des Acquis de l’Expérience ou formation par apprentissage), sur un mastère spécialisé en management de projet industriels et logistiques. Ou bien encore sur une certification dans de nombreux domaines comme l’amélioration continue, le contrôle non destructif, l’analyse de la valeur…

 

Les formations proposées peuvent aussi être qualifiantes et permettre aux collaborateurs de développer leurs compétences pour exercer avec plus d’efficacité les missions qui leur sont confiées dans des domaines techniques pointus.

A l’écoute des besoins du marché, l’ENIM s’est également associée à l’École de gestion Telfer, de l’Université d’Ottawa, afin de proposer pour la première fois en Europe le programme de MBA Telfer (Master in Business Administration). Ce partenariat  exclusif positionne ainsi l’ENIM comme l’une des rares écoles d’ingénieurs à proposer un programme de cette nature et de cette envergure.

 

A l’heure où le système de formation se développe de manière à donner aux salariés une formation professionnelle contribuant au renforcement et à l’élargissement de leurs compétences, l’ENIM manifeste ainsi sa volonté de favoriser les possibilités d’évolution de carrière, de changements de parcours professionnel, d’insertion ou de réinsertion professionnelle, et de maintien dans l’emploi.

 

Pourquoi avoir choisi d’implanter à l’ENIM une formation de MBA ?

Qui dit « ingénieur » dit « compétences techniques ». Mais un ingénieur doit aussi savoir diriger des hommes, animer une équipe, prendre des responsabilités et des décisions importantes. Il est également demandé aux ingénieurs non pas de se focaliser sur un problème purement technique, mais d’avoir une approche « globale ». En phase avec l’évolution du monde de l’entreprise, l’ENIM a donc toujours privilégié un enseignement de haut niveau axé sur deux piliers forts : la technologie et le management.

 

Ayant développé depuis 2000, grâce à ses équipes de recherche et de professionnels d’entreprise, des masters en supply chain et en gestion de projet, le MBA Telfer vient renforcer son pôle gestion des entreprises et des organisations en proposant une formation d’envergure internationale.

 

Pour initier ce partenariat avec l’École Telfer, l’ENIM est partie du constat que les ingénieurs sont formés sur le plan scientifique et technique et que rapidement, ils évoluent vers des responsabilités de management d'équipe ou de gestion de projet.

Suivre un MBA doit ainsi leur permettre d’être plus à l'aise dans ces fonctions et d'accélérer leur carrière : s’ouvrir au monde, au milieu des affaires, concurrentiel et en constante évolution, se tourner vers l’internationalisation et réaliser la nécessité d’acquérir des compétences managériales.

 

Quelle est la particularité du programme de MBA Telfer délivré à l’ENIM ?

L’École de gestion Telfer est un chef de file parmi les centres internationaux de formation et de recherche en gestion. Elle détient l’agrément des trois organismes les plus exigeants du monde : AACSB, AMBA et EQUIS. Cette triple couronne d’accréditations tant convoitée lui permet de figurer dans la tranche supérieure de 1% des écoles de commerce du monde. Cette reconnaissance permet également au MBA Telfer d’être le seul programme de MBA triplement accrédité de la Grande Région.

 

Le MBA Telfer permet d’accéder aux postes clés d’une entreprise, tout en permettant l’acquisition de méthodes de travail et d’analyse, et en démontrant une capacité d’investissement personnel. Ce diplôme forme les cadres sur la vision stratégique d’une entreprise en tenant compte du contexte international et de la mondialisation.

Au format Executive, le MBA Telfer à Metz est la solution adaptée aux cadres qui éprouvent le besoin de se former plus tard dans leur carrière, et a un rôle à jouer dans la formation tout au long de la vie.

 

De quels secteurs sont issues les personnes qui suivent cette formation professionnelle ?

Lorsque le projet d’implantation du programme de MBA Telfer à Metz est né, l’objectif était de répondre en premier lieu aux besoins des ingénieurs diplômés de l’ENIM et du réseau des ENI. Car permettre aux ingénieurs l’acquisition d’une double compétence, c’est former des leaders innovants, ouverts et responsables, capables de s’adapter à un monde de l’entreprise de plus en plus complexe. Cette hybridation des formations apparaît pour les ingénieurs comme un accélérateur de carrière, un facilitateur d’intégration. Elle permet l’émergence d’un nouveau profil : celui de techniciens préparés à la prise de responsabilité.

 

Mais la formation ne peut être productive et pertinente pour les étudiants que s’ils forment un groupe hétérogène du point de vue de leur formation initiale, de leur origine géographique et de leur secteur d’activité. Nous avons donc très vite étendu le recrutement en Grande Région. Aujourd’hui, 2/3 de nos étudiants sont des ingénieurs du secteur secondaire, le dernier tiers de la promotion étant constitué de cadres issus du secteur tertiaire, exerçant pour la plupart au Luxembourg.

 

Comment positionnez-vous aujourd’hui cette formation de type « présentiel » face à la concurrence digitale de plus en plus forte?

Pour chaque candidat, la question est de choisir le programme qui lui convient le mieux.

Outre la renommée du programme et les objectifs d’apprentissage, les modalités pédagogiques doivent être également prises en considération et être les mieux adaptées au projet de chacun.

L’e-learning offre l’avantage de se former quand on veut, de chez soi ou de son entreprise, mais nécessite beaucoup d’autonomie et de motivation pour travailler seul, de rigueur personnelle et d’implication pour étudier régulièrement.

Si la formation à distance détient de nombreux atouts (économies, gain de temps, formation de masse), le système possède aussi ses limites. Le e-learning se heurte notamment à la réticence d’entreprises et de certains salariés face à une méthode d’apprentissage novatrice qui leur est peu familière.

 

La formation en présentiel offre quant à elle un échange direct avec les enseignants et les autres étudiants. L’interaction et la dynamique de groupe ne peuvent ainsi se retrouver dans une formation à distance, et c’est pourtant ce qui apporte beaucoup de pertinence aux enseignements délivrés.

Par ailleurs, les cours magistraux sont explicités et approfondis par des études de cas équivalant à 50% de la formation. Ces travaux apportent le complément pratique indispensable à l’acquisition de compétences des unités d’enseignement. Dispenser un apprentissage en situation réelle par le biais de cas pratique métier permet ainsi à l’étudiant d’être en situation par rapport à son quotidien, et de balayer les cas qui l’occuperont dans l’exercice de son activité professionnelle.

Les modalités pédagogiques du programme de MBA Telfer à Metz répondent tout particulièrement à ces arguments.

 

Délivré à l’ENIM au format Executive, ce programme est dispensé pendant 18 mois par sessions mensuelles de 5 jours consécutifs, du samedi au mercredi inclus, par des intervenants nord-américains et européens de haut niveau et reconnus dans le milieu des affaires. Cette formule condensée et intensive a été conçue pour minimiser l’impact de la formation sur l’activité professionnelle.

Les sessions mensuelles s’apparentent à des séminaires intensifs. Les modules sont cloisonnés, ce qui permet aux étudiants de bénéficier d’une maîtrise opérationnelle des concepts enseignés dès la fin de la session, et d’une mise en application immédiate dans le cadre de leurs fonctions.

Ce qui importe le plus dans un apprentissage quel qu’il soit, c’est la pratique personnelle parce qu’elle apportera l’habileté nécessaire pour maîtriser ce qui est appris. C’est là toute la démarche d’une formation en présentiel.

 


Publié le 06 mai 2015