OneLogin, un leader mondial de la gestion d'identité et d'accès, a publié aujourd'hui une nouvelle étude mondiale analysant les répercussions du télétravail lié à la pandémie de COVID-19 sur la sécurité. L'étude, qui porte sur 5 000 télétravailleurs en Allemagne, en France, en Royaume-Uni, en République d'Irlande et aux États-Unis, révèle que les mesures de sécurité et les meilleures pratiques pour les mots de passe ne sont pas prioritaires dans de nombreuses régions.

Près d'un sondé sur cinq (17,4 %) dans le monde a partagé le mot de passe de son outils professionnel avec son conjoint ou son enfant, ce qui peut exposer les données de l'entreprise. Les menaces externes ont également joué un rôle, 36 % des personnes interrogées dans le monde admettant qu'elles n'ont pas changé leur mot de passe WiFi à domicile depuis plus d'un an, exposant ainsi les appareils de l'entreprise à une faille de sécurité potentielle.

La rapidité nécessaire pour mettre en place le télétravail début 2020 a rendu de nombreuses entreprises vulnérables, en particulier lorsqu'il s'agit d'utiliser des dispositifs professionnels à des fins personnelles. La majorité des télétravailleurs dans le monde (63 %) s'accorde à dire que les entreprises accepteront de poursuivre le principe du travail à distance après la pandémie. Si cela se confirme, de nombreuses entreprises mettent en danger, sans le savoir, leurs données professionnelles.

« Partout dans le monde, les entreprises font face à des défis sans précédent, car des millions de personnes travaillent depuis chez elles », a déclaré Brad Brooks, le PDG de OneLogin. « Les mots de passe présentent un risque encore plus grand dans le contexte du télétravail et, comme le corrobore notre étude, constituent le maillon faible exposant les clients et les données d'entreprise aux acteurs malveillants. »

Lorsque l'on examine de plus près la façon dont chaque pays assure la sécurité (différences en termes de partage de mots de passe, volonté d'accéder à des sites Web à risque, etc.), l'étude révèle que :

- Sites à risque : les télétravailleurs aux États-Unis sont trois fois plus enclins que les Français à utiliser les outils professionnels pour accéder à des divertissements pour adultes

- Réseaux domestiques : les employés aux États-Unis sont plus enclins que dans tout autre pays à changer leur mot de passe Wi-Fi au cours du mois écoulé

- Sécurité des dispositifs : 14 % des télétravailleurs aux États-Unis n'ont jamais changé leurs mots de passe sur leur dispositif

- TI de l'ombre : un tiers des sondés aux États-Unis ont téléchargé sans autorisation une application sur leur outils professionnel

- Partage du mot de passe : un travailleur aux États-Unis sur cinq (21 %) a partagé son mot de passe professionnel par voie électronique -- plus du double qu'au Royaume-Uni (7,8 %)

 

« Cette étude mondiale sur le télétravail met en lumière l'importance de veiller à ce que seules les personnes autorisées aient accès, en permanence, aux données internes et aux données des clients. Elle souligne qu'il importe de protéger les employés et l'ensemble de l'entreprise en adoptant les meilleures pratiques en matière de confidentialité et de sécurité partout dans le monde », a déclaré M. Brooks.

 

Pour consulter l'étude complète, rendez-vous sur http://onelogin.com/blog/world-password-day-2020

 

Communiqué par OneLogin


Publié le 11 mai 2020