« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». Cet ancien proverbe africain rejoint pourtant le très récent concept de Team Building, apparu dans les années 1970 aux Etats-Unis. Récent car il s’est vraiment démocratisé à partir des années 1990 et encore plus aujourd’hui. Les nouvelles innovations au niveau des Ressources Humaines ainsi que les bouleversements du monde du travail ont réellement modifié les perceptions, les approches et les relations à la fois entre les employés et entre l’entreprise et ses collaborateurs. Le Team Building participe, entre autres, à l’élaboration d’une équipe soudée et engagée vis-à-vis de l’organisation. Sérieux, fun, totalement décalé, nature, sportif ou encore digital, le Team Building s’adapte à tous les secteurs d’activité mais aussi aux envies de chacun.

Le lien social au centre des entreprises

Le bien des êtres employés au sein des entreprises fait désormais partie des prérogatives des entrepreneurs. A la fois pour son image, mais aussi sa productivité. Un label comme celui décerné par l’Institut Great Place to Work, fondé il y a plusieurs dizaines d’années, récompense les organisations où il fait bon travailler. Lors de la dernière remise des prix à Luxembourg en mars dernier, Florent Voisin, Chief Happiness Officer chez OVH Group avait déclaré : «les liens sociaux au sein d’une entreprise sont indispensables pour le bien-être des employés». Ces liens sont parfois difficiles à nouer. Là intervient, entre autres, le Team Building, et dans une moindre mesure son dérivé l’«incentive». L’esprit d’équipe fait partie des valeurs défendues par le Team Building, sans lui, il est difficile de bâtir une culture et/ou un projet unique et cohérent au sein d’une même organisation. Certaines entreprises voient encore en lui une perte de temps et d’argent, ce sacrifice a un coût mais il apporte un sens, du lien social, un sentiment d’appartenance et de solidarité inter-employés. Le tout avec un seul but : la performance et la productivité. L’Humain se retrouve ainsi placé au coeur de l’entreprise. Par exemple, au niveau du domaine des ressources humaines au Luxembourg, le HR Lab surprend par son mélange d’innovation et de challenge. L’événement organisé par HR One propose une série de défis surprenants et variés à résoudre en équipe. Le HR Lab essaye de faire bouger les codes établis au niveau des Ressources Humaines au Grand-Duché et stimule les capacités d’innovation des équipes sur des thèmes stratégiques pour leurs entreprises respectives.

Detox digitale et charité

Aujourd’hui, il existe un nombre incalculable de Team Building, mais certains surfent sur le digital et les nouvelles technologies. A Paris par exemple, il est possible de réaliser un rallye interactif. En équipe et muni d’un smartphone, les participants choisissent un quartier parisien de leurs choix et suivent un parcours ponctué de challenges et d’énigmes en tout genre. Les équipes se lancent dans l’aventure et doivent répondre aux questions posées pour continuer l’aventure. Les courses sont aussi à l’honneur, cette fois-ci, il ne s’agit pas de la classique séance de karting, mais bien d’une course nouvelle génération, avec des drones. Les collaborateurs d’une même entreprise peuvent se défier sur un parcours semé d’obstacles. La dextérité et la concentration sont nécessaires pour terminer la course en première position. Grâce à ses nombreux challenges, cette activité permet d’améliorer la cohésion d’équipe, mais aussi la créativité et le partage.

Le digital a déjà pris le pas dans la grande majorité des professions actuelles et certains Team Building, à contrario des précédents, veulent à tout prix se détacher de cette emprise technologique. Le Mud Day, cette course jonchée d’obstacles qui s’inspire des parcours du combattant, propose des offres entreprises basées sur le Team Building. Dans la boue, dans l’eau ou dans la glace, ce circuit se réalise en équipe et développe, entre autres des valeurs communes entre les collaborateurs d’une même entreprise. En France, «Connexion Nature» organise des activités exclusivement vertes et/ou 100% nature. Elles répondent notamment à la demande des entreprises désireuses de se détacher des nouvelles technologies pour revenir à des plus actions plus authentiques. Au menu : gastronomie, survie ou découverte d’une région et de ses spécificités locales. La liste est non-exhaustive. Le must ? Allier Team Building et charité. L’initiative est réalisée dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Au Portugal, à Lisbonne, il est possible de participer à la restauration d’un orphelinat. Cet exemple de Team Building de charité présente deux avantages : il encourage le développement des relations entre les collaborateurs tout en étant utile et solidaire car il impacte directement la vie en société des personnes en difficulté.

 

Les tendances «fun» et originales

La compétition peut aussi faire partie de certains Team Building. Le but n’est pas de créer une concurrence entre les employés le temps d’une journée mais bien d’aborder ce moment dédié à l’entreprise de façon «fun» et ludique. Le Bubble Foot par exemple fait partie de cette catégorie. Ici, il n’est pas question de se prendre la tête, le plaisir prime. Les employés disputent un match de foot dans une bulle qui, elle, couvre toutes les parties du corps sauf le bas des jambes.

Il est même possible de filmer la partie pour conserver et re-visionner les parties avec ses collègues plus tard. Le Luxembourg regorge également de plusieurs idées originales. L’agence Mystère Prod s’est spécialisée dans les événements d’entreprise, les séminaires et les Team Building. Ils abordent chacun des thèmes différents. «Dénouez une enquête policière à Luxembourg», «Vise-moi si tu peux», ou encore «Sur la piste de l’écologie au coeur du Luxembourg» sont autant de titres de Team Building proposés par l’agence. Autre tendance, pour le coup vraiment disruptive : après le Casual Friday, voici le Naked Friday. Le concept ? Travailler dans son plus simple appareil au sein de l’entreprise. Le psychologue David Taylor a travaillé autour de cette théorie, il a notamment indiqué que la nudité renforçait la cohésion d’équipe, désinhibait les collaborateurs et participait à la pacification des relations au sein de l’entreprise. Une startup de San Francisco, The Bold Italic ainsi qu’une entreprise anglaise, Onebestway, ont déjà tenté l’expérience qui s’est avérée plutôt concluante. Son seul inconvénient ? Il fait monter les factures de chauffage des entreprises.

 

Pierre Birck

 

Cet article a déjà fait l'objet d'une publication dans Urban BEAST #7 / www.beastmagazine.lu  


Publié le 08 mai 2017