L’accord exceptionnel sur le télétravail lié à la pandémie de Covid 19 entre les autorités allemandes et luxembourgeoises, qui devait expirer à la fin de l’année, a été prolongé de trois mois jusqu’en mars 2022.

Les frontaliers allemands pourront ainsi travailler depuis chez eux sans limitation sans changer de régime fiscal. Initialement appliqué jusqu’au 31 décembre 2021, l’accord entre l’Allemagne et le Luxembourg sera finalement prolongé «au moins» jusqu’au 31 mars 2022, soit un gain de trois mois.

Sur Twitter, le toujours ministre des Finances, Pierre Gramegna, a affiché sa satisfaction : «La situation fiscale du télétravail est ainsi clarifiée. Merci au gouvernement allemand. Dans la lutte contre la pandémie, cela assure aux quelque 50000 navetteurs allemands et à leurs employeurs luxembourgeois une sécurité de planification et une flexibilité.»

Des accords similaires ont été conclus avec la France et la Belgique, valables jusqu’au 31 décembre. Des discussions sont en cours pour les prolonger.

En 2022, les frontaliers belges pourront télétravailler davantage que par le passé, sans impact fiscal : 34 jours sont désormais autorisés (hors période Covid-19) au lieu de 24 auparavant. Un accord similaire est en cours de négociation pour les frontaliers français, qui pourraient eux aussi passer à 34 jours de télétravail autorisés au lieu de 29 actuellement.


Publié le 07 décembre 2021