Si l’artisanat a su rebondir après la pandémie, les difficultés de recrutement, la hausse des prix des matériaux et les risques de pénurie menacent le secteur, pourtant florissant depuis les années 90.

Une pénurie de main d’oeuvre  

Selon les chiffres communiqués par la Chambre des Métiers mardi dernier, l’artisanat ne s’est jamais aussi bien porté : en 2021, le Luxembourg comptait 102 551 artisans (+ 4,4% sur un an). soit 20% de l’emploi intérieur.  

Mais alors qu’elles ont plus que jamais besoin de main d'œuvre qualifiée, les entreprises peinent à recruter dans la région… Et le départ à la retraite de 26% des artisans prévu dans les 10/15 ans à venir (et avec lui, la perte de savoir-faire) risque de creuser l’écart. 

Un artisanat plus durable 

Autre problème qui revient souvent dans le débat public, notamment depuis le début de la guerre en Ukraine : la dépendance du secteur aux énergies fossiles, notamment le gaz et le mazout. Toujours selon les chiffres communiqués par la Chambre des Métiers dans son dernier rapport, seules 14% des entreprises utilisent des énergies renouvelables. 

Si le gouvernement avait déjà lancé le “Pacte climat pour les entreprises” (afin d’accompagner les entreprises dans leur transition énergétique), il souhaite également mettre à disposition un coach homologué pour que les artisans puissent bénéficier d’une aide personnalisée et d’un voucher, à hauteur maximale de 5 000 euros. 

Comme l’a souligné le ministre des Classes moyennes Lex Delles, « Les entreprises artisanales ont une double fonction. Elles peuvent, d’une part, décarboniser leurs processus internes et, d’autre part, contribuer de manière significative à la transition énergétique de notre société à travers leur travail, par exemple grâce à des constructions et des rénovations à haute performance énergétique ». 

L’avenir de l’artisanat passera également par la digitalisation de ses entreprises, le recrutement d’une main d'œuvre qualifiée et l’investissement continu dans les compétences de ses salariés. Les divers acteurs du secteur devront donc redoubler d’efforts s’ils souhaitent gagner en visibilité et continuer à développer leurs activités de manière pérenne. 


Publié le 27 avril 2022