Avec 39 EUR, le coût horaire moyen du travail reste élevé au Luxembourg par rapport à la moyenne européenne (26 EUR) et celle de la Zone euro (30 EUR). Ceci découle toutefois en grande partie de la structure de l’emploi luxembourgeois, davantage centré sur les services à haute valeur ajoutée. Néanmoins, dans certains secteurs d’activité comme l’industrie et la construction, le coût de la main-d’œuvre est inférieur à celui des pays limitrophes. Si les coûts horaires moyens ont progressé plus rapidement (2.3% par an) qu’en moyenne pour la Zone euro sur la période 2012-2016, c’est surtout dû à l’augmentation plus importante des coûts dans certains secteurs comme p.ex. le secteur financier et les activités de services administratifs et de soutien.

aaa_7.jpg

Le coût horaire moyen de l’économie dans son ensemble est plus élevé à Luxembourg que dans les pays voisins. Cependant, tel n’est pas le cas dans tous les secteurs d’activité (cf. graphique 3). En effet, le coût par heure effectivement travaillée reste plus faible au Luxembourg que dans les trois pays limitrophes dans la construction (26 EUR) et l’industrie (34 EUR). Dans d’autres secteurs, les coûts au Grand-Duché se situent entre ceux des pays voisins. Ce n’est que dans trois secteurs, à savoir les activités financières et d’assurances (71 EUR), la santé et l’action sociale (39 EUR) et les transports (35 EUR), que le Luxembourg dépasse les coûts des trois pays voisins.

bbb_4.jpg

En décomposant le coût total de la main-d’œuvre (cf. graphique 4), on constate que le Luxembourg reste un des pays d’Europe qui affichent une part très faible de coûts indirects (13% contre 22% en moyenne pour l’UE). Le coût indirect est principalement constitué par les cotisations sociales à charge de l’employeur, et dans une moindre mesure par les frais de formation, de recrutement, pour vêtements de travail etc. ainsi que dans certains pays par des impôts liés au travail. Dans l’Union européenne, Malte est le seul pays qui affiche un pourcentage encore plus faible (6%) que le Luxembourg, alors qu’en France, la part des coûts indirects est la plus élevée (33%).

ccc_3.jpg

Le coût direct est formé par les salaires et traitements bruts. La majeure partie de ce coût direct est constitué par les salaires régulièrement versés chaque mois. Néanmoins, les rémunérations en nature et les rémunérations versées non régulièrement (p.ex. primes de fin d’année, prime de performance, 13e mois,…) peuvent prendre une ampleur non négligeable. Au Luxembourg, les rémunérations en nature représentent en moyenne 2.9% du coût total (contre 0.9% en moyenne pour l’UE et la Zone euro), alors que les rémunérations non versées chaque mois constituent 7.9% (contre 5.7% dans l’UE et 7.2% dans la Zone euro).

 

Source : Statec


Publié le 03 avril 2019