En réponse à l’augmentation du nombre de cas de Covid, jusqu’au 13 décembre, tous ceux qui le peuvent devront obligatoirement travailler chez eux durant au moins quatre jours par semaine.

Un comité de concertation entre l’État fédéral et les régions s’est réuni en urgence pour décider, entre autres, d’un retour au télétravail. Les fortes réticences exprimées par les employeurs n’y auront rien changé : du 20 novembre au 12 décembre au moins, tous ceux qui le peuvent devront obligatoirement travailler chez eux minimum quatre jours par semaine.

Ensuite, ce sera trois jours au minimum. La mesure s’appliquera au secteur public comme au privé. Lors des phases précédentes de la pandémie, de 40 % à 60 % des Belges avaient travaillé à distance mais, depuis quelques semaines, de nombreuses entreprises obligeaient leurs salariés à être présents physiquement, selon la RTBF.

Les contrôles seront renforcés : un registre mensuel électronique devra être tenu et mis disposition via le portail de la sécurité sociale.

Jusqu’à présent, le télétravail était «fortement recommandé». Mais compte tenu de la situation sanitaire, les autorités ont décidé de resserrer la vis. Objectif de la mesure : limiter les contaminations sur le lieu de travail, mais aussi dans les transports en commun.

La mesure n’est pas au goût du monde patronal. Citée par la RTBF, l’organisation patronale flamande, juge ainsi l’obligation «hors de toute proportion.»

Également citée par le média belge, l’CUM, qui représente les indépendants, les TPE et PME, est également vent debout contre ce retour au télétravail obligatoire : «Rendre le télétravail obligatoire est une mesure inutile et aux effets indirects contre-productifs.»


Publié le 19 novembre 2021