La consultation publique initiée par le ministère de l'Égalité a connu un franc succès. Du 17 juin au 7 juillet 2019, le ministère avait invité les résidents ainsi que toutes les personnes actives sur le marché de l'emploi luxembourgeois à donner leur avis sur des questions d'égalité entre les femmes et les hommes. Disponible en ligne pendant trois semaines, la consultation publique a rassemblé 1777 participants. 

"L'égalité entre les femmes et les hommes n'est pas un sujet abstrait. Elle se vit au quotidien, elle influence notre vivre ensemble et les possibilités de développement personnel de chacun", note la ministre Taina Bofferding. Cette forte participation témoigne ainsi de l'intérêt porté à un juste équilibre entre les sexes.

La démarche du ministère se voulait innovante pour intégrer les réflexions et le ressenti du public dans la future élaboration du Plan d'action national à l'égalité (PAN Egalité). Les réponses vont ainsi alimenter, au même titre que les avis de partenaires sociaux, d'organisations et d'institutions, la mise en place du nouveau plan d'action.

Plus précisément, les réponses à une dizaine de questions à choix multiples et ouvertes reflètent le vécu des résidents et de frontaliers en matière d'égalité entre les sexes au quotidien. Il s'agissait notamment d'identifier comment la situation actuelle est perçue et quelles pistes sont privilégiées dans la lutte contre les stéréotypes et toute forme de violence/harcèlement, l'égalité salariale, ou encore une meilleure conciliation de la vie privée et vie professionnelle pour les femmes et les hommes. 

Ainsi pour 71% des répondant(e)s l'exposition à la violence et au harcèlement est une urgence absolue. 61% des répondant(e)s voient également une urgence dans les différences de rémunération et d'évolution de carrières. L'intérêt porté à ces questions est toutefois nettement plus vif pour les femmes que pour les hommes qui ont participé à la consultation publique.

"Les réponses nous montrent qu'il y a une prise de conscience générale. La sensibilisation, l'information ainsi que l'accompagnement dès le plus jeune âge et à tous les niveaux sont privilégiés. Mais surtout, nous avons besoin d'un engagement fort des femmes et des hommes pour atteindre un meilleur vivre ensemble. L'égalité ne concerne pas qu'une moitié de la population", résume la ministre.

Cette consultation avait pour objectif de toucher un vaste public, avec des participants d'âges et de milieux différents. La mobilisation, pour rappel, a eu lieu à plusieurs niveaux:

- Auprès des jeunes, avec les actions opérées par le ministère sur le terrain en matière d'égalité à l'éducation

- Auprès des actifs, avec des actions de sensibilisation dans l'espace public

- Auprès d'un public averti en collaboration avec les chambres professionnelles, les organisations syndicales et patronales, et ce pour partager le lien vers le questionnaire en ligne

- Au sein du réseau du ministère qui comprend des délégués, acteurs locaux et partenaires sociaux pouvant œuvrer comme multiplicateur

 

Le questionnaire était disponible en 5 langues (les 3 langues officielles du Luxembourg, en anglais et en portugais).

Cette mobilisation sur plusieurs axes a en tout cas permis de rassembler des participants aux profils variés. Au niveau des résident(e)s, on retrouve une répartition assez équilibrée entre les différentes générations. Il est intéressant de noter que les réponses ne diffèrent guère entre les tranches d'âge.

"Ce dialogue avec le grand public est important. Il permet de renforcer notre travail. C'est ensemble que nous réussirons à établir une véritable égalité au quotidien", a conclu Taina Bofferding.

 

Communiqué par le ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes


Publié le 18 juillet 2019