A l’aube de la rentrée des classes, une campagne de sensibilisation pour la sécurité routière initiée par Volvo Cars appelle les employeurs à faire preuve de plus de flexibilité dans les horaires de travail le 15 septembre, jour de la rentrée des classes, et réduire ainsi le stress au volant. Avec ‘Be Safe Be Late’, le constructeur automobile souhaite faire du 15 septembre une journée capitale pour la sécurité routière et introduire par la même occasion Omtanke – une vision suédoise de la vie qui invite à être plus attentif et à observer les choses sous un autre angle.

Le stress, pire des copilotes

Le premier jour d’école : le jour où la routine matinale de beaucoup de familles passe de la première à la sixième vitesse et où les routes se teintent de rouge pendant les heures de pointe. Nous serons à nouveau tous pressés de déposer nos enfants devant la porte de l’école, tout cela pour commencer à travailler à l’heure. Dans nos têtes, le 15 septembre est synonyme d’empressement, d’émotions et de stress. Et cela peut avoir des conséquences désastreuses sur la sécurité routière.

En Belgique, une étude menée par iVox à la demande de Volvo Cars a confirmé que la rentrée des classes était un jour particulièrement stressant pour les parents et que ces émotions pouvaient avoir un impact négatif sur leur manière de conduire :

- Le jour de la rentrée des classes est considéré comme une journée stressante par 40 % des employés ayant des enfants en âge d’aller à l’école.

- 25 % des employés ayant des enfants en âge d’aller à l’école indiquent qu’ils sont parfois anxieux à l’idée de commencer à travailler en retard lors du premier jour d’école.

- 49 % des répondants indiquent qu’ils sont moins attentifs ou roulent moins prudemment lorsqu’ils sont pressés. 

Le premier jour d’école est synonyme de grande émotion, et nous emportons toute cette émotion en voiture avec nous. Comme si cela ne suffisait pas, nous sommes également sous pression à cause des horaires de travail. Pour plus de sécurité sur la route lors d’une journée spéciale comme celle de la rentrée des classes, il est important de relâcher la pression et d’offrir plus de répit aux travailleurs.  

 

Plus de marge, moins de risques sur la route

Ce sont surtout les employés qui ont des enfants qui vont en maternelle qui sont les plus anxieux à l’idée de commencer à travailler en retard lors du premier jour d’école. Et pourtant, aucune mesure particulière n'est prise dans une majorité d’entreprises ce jour-là. Les employés qui n’ont pas d’horaires de travail flexibles sont d’ailleurs plus susceptibles de se sentir stressés que les employés ayant des horaires de travail flexibles. Avec ‘Be Safe Be Late’, Volvo Cars lance un appel aux entreprises et désire les sensibiliser à cette problématique. Décaler les horaires de travail permet de réduire le sentiment de stress et de mieux répartir la circulation et favorise une plus grande sécurité sur la route. Alors, ne faites plus attention à l’heure, mais à la route.

« Nous devons plus que jamais réfléchir à la manière dont nous envisageons le premier jour d’école et dont nous y juxtaposons notre travail », explique Wim Maes, Managing Director de Volvo Cars Belux, « En Suède, ils ont un joli mot pour cela : ‘omtanke’, une vision de la vie qui nous invite à être plus attentifs et à regarder les choses sous un autre angle.Omtanke est au cœur de tout ce que nous faisons chez Volvo Cars et la sécurité routière en est un élément majeur. C’est dans cette optique que je peux dire que ‘Plus il y a de voitures, mieux c’est’ n’est pas notre priorité chez Volvo Cars. En tant qu'employeur, nous ne pouvons pas faire disparaître les émotions et le stress qui accompagnent les parents lors du premier jour d'école, mais nous pouvons résolument en tenir compte. Nous devons aborder la rentrée des classes différemment, c'est une responsabilité partagée. »

  Le 15 septembre : un nouveau départ vers plus de flexibilité ?

Le 15 septembre doit être en priorité le jour où les enfants peuvent commencer leur premier jour d’école en toute sécurité. Dans le contexte actuel, ce sont de nouvelles habitudes qu’il faut mettre en place et retrouver ses marques après plusieurs mois sans école risque de s’avérer plus compliqué que prévu. Les employeurs peuvent jouer un rôle apaisant, placé sous le signe de la sécurité routière. Et c’est possible en amenant plus d’omtanke dans cette journée, en donnant aux employés plus de marge afin de démarrer cette journée de manière moins pressée. Des heures de travail flexibles signifient moins de stress et de nervosité sur la route.

« Pourquoi n’envisageons-nous pas d’autres moyens de conduire nos enfants à l’école ? Par exemple, nous pouvons faire une agréable promenade matinale avec eux, ce qui permet également d’arriver détendu au bureau. Ou prendre le temps de montrer à nos enfants le plus beau chemin pour aller à l'école en vélo », poursuit Wim Maes, « Les entreprises doivent donner le temps et la possibilité aux parents de planifier leur journée de manière plus flexible, afin qu’ils ne soient pas dans l’obligation de commencer leur journée de travail à une heure bien précise, juste après la course matinale pour arriver à temps à l’école. En d'autres termes, il faut arrêter de se mettre la pression pour arriver à temps et se concentrer plutôt sur une conduite prudente. Le 15 septembre, chaque parent devrait pourvoir commencer sa journée de travail un peu plus tard. »

Depuis la crise du coronavirus, les horaires de travail flexibles et le télétravail sont en augmentation. Les employés ont donc subi moins de stress. Pourtant, d’après l’enquête belge, les employeurs et les employés ne semblent pas toujours être d’accord sur les efforts pris par les entreprises à propos des mesures permettant le travail flexible. Ne serait-il pas venu le temps pour une réflexion approfondie et pour poursuivre ce qui a été installé en termes de flexibilité au travail suite à la crise du coronavirus ?

 

Communiqué par Volvo Cars Belux


Publié le 09 septembre 2020